Chronologie de la guerre civile du Yémen

By on 14 mars 2018

Un rebelle houthi inspecte les dégâts causés par les bombes à Sanaa, au Yémen. Photographie: AFP / Getty Images

Le chaos, et la guerre qui en résulte au Yémen est maintenant dans sa septième année. Les racines immédiates du conflit actuel sont les conséquences d’un soulèvement arabe printanier au Yémen , le pays le plus pauvre de la région arabe, qui a forcé son leader vétéran, Ali Abdullah Saleh, à démissionner en faveur de son adjoint Abdrabbuh Mansour Hadi en 2011 .

Mais d’autres causes sont plus profondes :

Le Yémen, autrefois colonie britannique, n’a jamais été stable et n’a été uni qu’après des conflits brutaux dans les années 1990. Pendant plus d’une décennie avant la crise de 2011, la corruption, le chômage, les pénuries alimentaires, un système tribal puissant, le séparatisme enraciné dans le sud et l’implication des pouvoirs régionaux s’étaient conjugués pour maintenir de hauts niveaux d’instabilité.

Les combattants djihadistes ont longtemps été une force au Yémen, se transformant en une puissante filiale locale d’Al-Qaïda. Une réaction populaire contre les opérations antiterroristes des États-Unis, qui comprenaient des frappes de drones, et un débordement de militants d’Arabie saoudite ont exacerbé une situation compliquée. Cela signifiait que le président Hadi était confronté à d’énormes défis pour prendre le pouvoir.

Parmi eux, l’insurrection menée par les Houthis, un groupe minoritaire chiite rebelle basé dans le nord du Yémen, avec une longue histoire de rébellion contre le gouvernement dominé par les sunnites.

Les insurgés ont saisi la capitale du Yémen, Sana’a, en janvier 2015, forçant Hadi et son gouvernement à démissionner. Cela a provoqué une implication régionale qui a conduit à une crise humanitaire mettant des millions de personnes à risque de famine. Une coalition d’États du Golfe dirigée par l’Arabie Saoudite – qui a reçu le soutien logistique, américain et britannique – a lancé des frappes aériennes contre les Houthis. Il a également bloqué le Yémen pour empêcher l’Iran de livrer des armes aux rebelles. Téhéran nie l’accusation.

Chronologie

2011 Un soulèvement du printemps arabe oblige le président autoritaire du Yémen, Ali Abdullah Saleh, à accepter de quitter ses fonctions.

2012 Abdrabbuh Mansour Hadi, ancien adjoint de Saleh, prend la présidence à la suite d’une élection. Il était le seul candidat. Il lutte pour unir le paysage politique divisé du pays, faire face à l’insécurité alimentaire et aux menaces d’al-Qaïda.

2014 Les rebelles houthis (qui appartiennent à la secte Zaydi de l’islam chiite) font des progrès et commencent à capturer le nord du pays, une zone qu’ils contrôlent historiquement. En septembre, ils entrent dans la capitale, Sanaa. Hadi s’enfuit à Aden.

2015 Une nouvelle offensive rebelle force Hadi à fuir vers l’ Arabie saoudite , qui considère les Houthis comme une force mandataire iranienne. Il commence à bombarder ce qu’il dit être des «cibles militaires» associées aux Houthis et aux forces loyales au prédécesseur de Hadi, Saleh. La campagne aérienne saoudienne reçoit le soutien d’une coalition d’États arabes sunnites, ainsi que le soutien logistique des États-Unis, du Royaume-Uni et de la France.

Juin 2016 La coalition dirigée par l’Arabie saoudite figure sur une liste noire des Nations Unies et des groupes qui violent les droits des enfants dans les conflits, signalant qu’elle est responsable de 60% des décès et des blessures chez les enfants. Après les protestations de Riyadh, l’ONU l’enlève de la liste. Human Rights Watch met en garde contre une “manipulation politique”. Au moins 6 200 personnes ont été tuées, 2,8 millions ont été déplacées.

Octobre 2016 Une frappe aérienne de la coalition saoudienne frappe un enterrement à Sanaa, tuant 140 personnes. L’ONU annonce un cessez-le-feu de 72 heures, qui aurait été brisé par les deux parties.

2017 Dévasté par deux années de combats, le Yémen est décrit par l’ONU comme la pire crise humanitaire au monde. Des millions de personnes confrontées à la famine et à la menace du choléra.

Novembre 2017 L’ Arabie Saoudite impose un blocus sur les ports du Yémen, à la suite du tir d’un missile à Riyad depuis un territoire tenu par les rebelles au Yémen. Les médicaments, les vaccins et les aliments sont interdits d’entrée dans le pays. Les responsables du Programme alimentaire mondial, de l’Unicef ​​et de l’Organisation mondiale de la santé préviennent “que des milliers de victimes innocentes, dont de nombreux enfants, mourront”.

 

Pourquoi la guerre a-t-elle duré si longtemps? 

Des dynamiques tribales et sectaires compliquées et démagogues garantissent qu’aucune faction ne soit suffisamment forte pour gagner, tandis que l’implication externe permet à tous de rester dans le combat. Le conflit a attiré plus d’une douzaine de pays et est lié à des luttes régionales plus larges pour le pouvoir. Un accord fédéral pourrait apporter la paix mais semble improbable en ce moment.

Rebecca Ratcliffe. Source the Gardian


About Jack

Directeur de la publication. Jacques, Jack, Ismaël. Plusieurs pseudos pour une seule personne ! Revenant à l'Islam depuis pas mal d'années, grâce à Allah, ma vie a été chamboulée non sans regret. Comédien de formation, humoriste, auteur, vadrouilleur dans le monde mais surtout à Paris. Je souhaite faire partager le quotidien d'un musulman à travers ce webmagazine, avec des articles et des vidéos.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.