Skip to content Skip to footer

des bébés gèlent à mort au milieu d’Idlib

Plus de 80 pour cent des personnes nouvellement déplacées sont des femmes et des enfants [Muhammed Said / Anadolu]

Les Syriens déplacés fuyant l’offensive du gouvernement sont contraints de dormir dehors à des températures sous zéro alors que les camps sont pleins, selon l’ONU.

À l’air libre par temps glacial, Mustafa Hamadi et sa famille se sont installés dans leur tente de fortune dans le village de Killi, dans la province d’Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie – leur deuxième déplacement en moins d’un an. Les températures sous zéro dans la nuit du 11 février les ont tenus éveillés donc, juste avant minuit, Mustafa a déplacé le chauffage au gaz à l’intérieur de la tente.

Au matin, Mustafa, son épouse Amoun, leur fille Huda de 12 ans et leur petite-fille Hoor, qui n’avait que trois ans, ont toutes été retrouvées mortes d’un empoisonnement au monoxyde de carbone.

Selon Nizar Hamadi, le frère de Mustafa qui lui envoyait des SMS cette nuit-là, la tente – construite de tuyaux métalliques et de draps en nylon – n’avait pas de ventilation adéquate et ne faisait pas grand-chose pour isoler la famille de Mustafa du froid.

“Il devait faire moins neuf degrés Celsius (15,8 degrés Fahrenheit) cette nuit-là”, a   déclaré Nizar à Al Jazeera. “Mon frère savait mieux que d’amener un radiateur à gaz dans un espace clos sans évent, mais quel choix avait-il ?”

La famille Hamadi, originaire du village de Kafrouma dans la campagne de Maarat al-Numan, a été forcée de quitter ses maisons l’été dernier et de se déplacer plus au nord au milieu d’un bombardement aérien intensifié du gouvernement syrien sur Idlib , le dernier bastion majeur de l’opposition dans le pays.

Mustafa et Nizar se sont installés dans une école inachevée vide dans la ville de Binnish, à environ 8 km (cinq miles) à l’est de la ville d’Idlib, avant que Mustafa ne déménage à Killi alors que les bombardements s’intensifiaient.

“L’école n’est pas apte à vivre”, a déclaré Nizar. “Mais il n’y a pas une seule maison qui n’ait été occupée par les précédents groupes de personnes déplacées. Certaines chambres comptent trois familles sur quatre. Les personnes déplacées sont comme une boule de neige en mouvement, s’agrandissant chaque jour.”

Familles dormant sans abri

Soutenues par la puissance aérienne russe, les troupes du président Bachar al-Assad ont lancé en avril l’année dernière une grande offensive à Idlib, qui abrite plus d’un million de personnes, dont la majorité y ont été transférées en masse depuis d’autres zones capturées par les forces gouvernementales. La poussée militaire a perturbé une coopération fragile entre la Turquie et la Russie – soutenant les parties opposées dans le conflit syrien – qui avait désigné Idlib comme zone de désescalade.

La campagne s’est poursuivie, plusieurs cessez-le-feu n’ayant pas réussi à tenir le coup. En décembre, le gouvernement syrien a intensifié son attaque contre la région dans le but de s’emparer de l’autoroute stratégique M5, qui traverse les provinces d’Alep et d’Idlib et était autrefois une route commerciale majeure.

L’offensive , qui a également contraint des habitants de l’ouest d’Alep à fuir vers Idlib, a tué des centaines de civils et provoqué le plus grand déplacement de personnes depuis le début de la guerre en 2011, avec au moins 900 000 personnes forcées de fuir depuis décembre, selon le Les Nations Unies.

Outre le bombardement aveugle de civils, le manque d’abris adéquats a fait 82 000 personnes vivant en plein air glacial, s’installant sous des arbres ou dans des champs enneigés, a indiqué l’ONU.

Selon les chiffres de l’organisme humanitaire des Nations Unies OCHA, 36% des familles nouvellement déplacées sont hébergées par des proches ou trouvent un logement à louer, tandis que 17% ont trouvé refuge dans des camps déjà surpeuplés. Au moins 15 pour cent ont cherché refuge dans des bâtiments inachevés et 12 pour cent “cherchent toujours un abri”.

Nizar Hamadi, qui vit toujours dans l’école inachevée de Binnish, a déclaré que la réalité pour de nombreuses personnes dans les camps de personnes déplacées est “essentiellement de vivre sous les arbres en été et d’installer des couvertures et des draps en nylon en hiver”.

“Malgré le sort que mon frère et les membres de sa famille ont dû affronter, aucune organisation humanitaire n’a réagi à cette tragédie en nous fournissant des provisions ou des tentes”, a-t-il déclaré. “C’est comme ça depuis près de deux mois maintenant. Nous avons besoin d’aide mais la sympathie ne semble être réservée qu’aux gros titres”.

Des bébés qui meurent de froid

Les femmes et les enfants – qui représentent plus de 80% des personnes nouvellement déplacées – sont à nouveau parmi ceux qui souffrent le plus.

Décrivant la situation en Syrie comme ayant atteint un “nouveau niveau horrible”, Mark Lowcock, le chef des affaires humanitaires et des secours d’urgence de l’ONU, a déclaré lundi dans un communiqué que les déplacés étaient “traumatisés” et “contraints de dormir dehors dans des températures glaciales”. “parce que les camps d’aide sont pleins.

“Les mères brûlent du plastique pour garder les enfants au chaud. Les bébés et les jeunes enfants meurent à cause du froid.”

Dans le camp de Kalbeet il y a quelques jours, un bébé de cinq mois, Areej Majid al-Hmeidi, est mort de froid, selon  Abu Anwar, un responsable et résident de l’établissement près de la frontière syro-turque.

S’adressant à Al Jazeera, Anwar a déclaré que la famille d’Areej ne voulait pas parler aux médias car “ils se reprochent de ne pas l’avoir suffisamment réchauffée pour rester en vie”.

Les conditions ici sont “insupportables”, a-t-il dit.

“Les gens brûlent des ordures pour se tenir au chaud”, a ajouté Anwar. “Il y a 800 familles ici, soit environ 5 500 personnes, et il n’y a qu’une seule organisation qui nous aide en nous approvisionnant en eau.”

«Silence absolu, manque d’action»

Sara Kayyali, chercheuse à Human Rights Watch sur la Syrie, a déclaré que le nord-ouest du pays est confronté à une “crise humanitaire sans précédent”.

Un problème, a-t-elle dit à Al Jazeera, est “l’ampleur des déplacements [qui] est tout simplement au-delà de ce à quoi les humanitaires sont capables de répondre”.

“L’autre problème est que les violences – bombardements et, dans certains cas, frappes aériennes – n’entraînent pas seulement des déplacements massifs, mais affectent également la capacité de fournir un abri et de la nourriture de manière durable”, a-t-elle poursuivi.

Mayada Qabalan, une travailleuse en santé mentale de l’Union des soins médicaux et des organisations de secours (UOSSM) qui travaille dans un hôpital de la Sarmada d’Idlib, a déclaré que les conditions pour les personnes déplacées avaient atteint “un point de rupture”.

“Ce que j’ai vu de mes propres yeux est déchirant”, a-t-elle déclaré à Al Jazeera. “Des familles dorment sous des arbres sans couverture. Il y a quelques jours à peine, nous avons trouvé une famille déplacée de Taftanaz, à 17 kilomètres au nord-ouest d’Idlib, qui vivait dans le froid.”

 Vue des tentes de fortune et des maisons d’un camp de réfugiés à Idlib [Agence Anadolu]

Les tentes coûtent 150 $ chacune, a déclaré Qabalan, mais les groupes humanitaires manquent cruellement de ressources et de main-d’œuvre pour offrir de l’aide.

“Les organisations humanitaires n’ont pas la capacité de subvenir aux besoins de ces personnes récemment déplacées et de la situation désastreuse à laquelle elles sont confrontées”, a-t-elle déclaré.

Kayyali a déclaré que, bien que les histoires provenant d’Idlib et de l’ouest d’Alep ne soient pas nouvelles dans le conflit syrien, elles sont “surprenantes dans le silence absolu et le manque d’action qui s’ensuit”.

“C’est comme si les gens regardaient et attendaient quand ils pourraient agir pour sauver des millions de civils qui sont effectivement piégés”, a-t-elle déclaré.

par Linah Alsaafin Source Al Jazeera

Leave a comment

0.0/5

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

× Comment puis-je vous aider ?