hiéroglyphe : le déchiffrage “volé” à un savant musulman

By on 17 janvier 2018

Lorsque l’on tape hiéroglyphe sur Google, et pour celles et ceux qui ont la mémoire fraîche, on voit que celui qui a déchiffrer les hiéroglyphes est un Français se nommant Jean-François Champollion. Voici ce qu’il y a marqué sur la célèbre encyclopédie Wikipédia : “Jean-François Champollion dit Champollion le Jeune , né le 23 décembre 1790 à Figeac (Lot) et mort le 4 mars 1832 à Paris, est un égyptologue français. Il fut le premier à déchiffrer les hiéroglyphes, il est considéré comme le père de l’égyptologie.”

Pour autant, si on pousse ses recherches, on se rencontre (comme c’est souvent le cas) qu’il n’a pas la paternité de cette découverte. Je vous propose ces travaux issus du site ihistory écrit par Hassam Munir :

il est sûr de dire qu’il n’y a pas de système d’écriture ancien qui a capté l’attention de quiconque l’a rencontré de la même façon que l’écriture hiéroglyphique égyptienne. Pendant des siècles, empereurs, érudits, voyageurs, pilleurs de tombes et bien d’autres se sont arrêtés devant les murs des monuments permanents de l’Égypte pour examiner les mystérieux symboles et images gravés dans la pierre, pensant à ce qu’ils pourraient signifier. C’est dans les années 1820 que le savant français Jean-François Champollion a finalement «déchiffré le code», ouvrant la porte à l’étude du monde et à la découverte de l’incroyable histoire ancienne de l’Égypte d’une manière jusqu’alors impossible.

Mais Champollion fut-il vraiment le premier à déchiffrer avec succès les hiéroglyphes égyptiens? Il mérite certainement d’être félicité pour ses réalisations révolutionnaires en égyptologie. Mais en réalité, le processus était en cours près de mille ans avant même que Champollion ne soit né. Car à la fin du IXe siècle, un alchimiste du nom d’Abu Bakr ibn Wahshiyya a réussi à déchiffrer environ la moitié de tous les symboles hiéroglyphiques égyptiens. Compte tenu du fait qu’il y a environ 700 à 800 symboles à craquer, cette réalisation mérite d’être reconnue.

La contribution d’Ibn Wahshiyya a été découverte pour la première fois en 2004 par l’égyptologue basée à Londres, Dr. Okasha El Daly, professeur à l’Institut d’Archéologie de l’UCL. El Daly a fait des recherches approfondies sur l’étude de l’Egypte ancienne dans l’écriture arabo-islamique médiévale et a argumenté de manière convaincante que non seulement les musulmans exprimaient un intérêt profond pour l’étude des civilisations anciennes, mais qu’ils pouvaient déchiffrer correctement l’écriture hiéroglyphique égyptienne.

Mais qui était cet Ibn Wahshiyya, et pourquoi essayait-il de déchiffrer les hiéroglyphes en premier lieu? Le peu d’informations que nous avons sur ses antécédents est désespérément confus, bien que nous puissions dire qu’il était probablement issu d’une famille arabe chrétienne érudite qui avait embrassé l’Islam. Il a vécu à Kufa (Irak) au début de la période abbasside, alors que le mouvement scientifique et scientifique de la célèbre Maison de la Sagesse de Bagdad était en plein essor. Et il était un alchimiste, que c’était probablement dans l’espoir de découvrir les secrets de l’alchimie des anciens Egyptiens qu’il essayait de déchiffrer leur mystérieux système d’écriture.

Il a également piraté d’autres alphabets cryptiques – 93 d’entre eux, en fait, y compris des alphabets utilisés par les anciennes civilisations babylonienne, égyptienne, sémitique, hellénistique et hindoue. Il a publié ses découvertes dans un texte intitulé Kitab Shawq al-Mustaham, dans lequel il a donné une liste de symboles hiéroglyphiques, leur signification (soit sous forme de sons ou de mots) et leur équivalent arabe. El Daly a comparé les conclusions d’Ibn Wahshiyya sur les hiéroglyphes avec la compréhension moderne des égyptologues et les a trouvées justes.

Malheureusement, l'image n'a pas pu être affichée.

Alphabet égyptien selon Ibn Wahshiyya (Paris, Bibliothèque Nationale, MS Arabe 6805 folios 92b. Ff)

La découverte de la contribution d’Ibn Wahshiyya a ouvert la discussion sur le rôle des penseurs musulmans classiques dans le domaine de l’égyptologie, ignoré depuis des siècles, en partie à cause de l’emphase eurocentrique sur l’histoire et en partie parce que les manuscrits pertinents étaient dispersés. pour. Quelques années seulement après les révélations d’El Daly, certains historiens ont déjà commencé à reconnaître Ibn Wahshiyya comme le premier véritable égyptologue de l’histoire. (Environ un siècle plus tard, un autre musulman, Abu Rayhan al-Biruni, deviendrait le premier indologue de l’histoire).

El Daly a souligné que, en raison de leurs préjugés sur l’islam, les savants occidentaux ont été injustes envers les égyptologues musulmans classiques. “La culture occidentale interprète mal l’Islam parce que nous [en Occident] pensons à l’enseignement [des civilisations] avant que le Coran ne soit évité, ce qui n’est pas le cas”, a-t-il dit. “Ils ont apprécié l’histoire et ont supposé que l’Egypte était une terre de science et de sagesse et en tant que tels, ils voulaient apprendre leur langue pour avoir accès à une telle vaste connaissance.”

En réalité, la recherche en égyptologie menée par les musulmans classiques est encore plus fiable que la recherche de leurs contemporains dans l’Europe chrétienne pré-moderne. “Critiquement ils [les musulmans] n’ont pas, contrairement à l’Occident, écrit l’histoire pour correspondre aux idées religieuses de l’époque, ce qui rend leurs comptes plus fiables”, a déclaré El Daly. “Ils tenaient aussi à l’universalité de l’histoire humaine fondée sur l’unité de l’origine des êtres humains et la diversité de leur apparence et de leurs langues”.

Ibn Wahshiyya n’est qu’un exemple de l’attitude générale envers les civilisations anciennes que le Dr. El Daly décrit dans ces déclarations. Peu avant l’époque d’Ibn Wahshiyya, le célèbre calife abbasside al-Ma’mun s’était rendu en Egypte lors d’une campagne militaire et avait demandé à un sage, Ayyub ibn Maslamah, de lui traduire les fascinants hiéroglyphes. Ayyoub a échoué, mais Ma’mun a au moins réussi à forcer l’entrée bloquée de la Grande Pyramide à Gizeh que les touristes utilisent encore aujourd’hui. Jabir ibn Hayyan, qui est largement considéré comme le père de la chimie, a également été fasciné par les hiéroglyphes et les secrets qu’ils peuvent avoir concernant son domaine de recherche.

De même, le saint soufi Dhu’n-Nun al-Misri, au IXe siècle, s’intéressait aussi profondément aux hiéroglyphes égyptiens. L’historien classique al-Mas’udi le décrit comme «l’un de ceux qui élucident l’histoire de ces ruines [égyptiennes]. Il a erré parmi eux et a examiné une grande quantité de figures et d’inscriptions. »On dit que Dhu’n-Nun al-Misri a finalement déchiffré les hiéroglyphes, et bien qu’il ne soit pas impossible que cela soit vrai, il est plus probable qu’il soit venu avec sa propre interprétation mystique des symboles anciens. Quoi qu’il en soit, il ne considérait pas la culture égyptienne pré-islamique comme allant de soi, et sa foi ne l’avait pas rendu trop arrogant pour y réfléchir.

Et il peut y avoir beaucoup d’autres exemples attendant juste d’être découvert. Il est possible qu’un autre musulman ait réussi à déchiffrer complètement le code hiéroglyphique. Mais même avec les sources que nous avons, nous pouvons dire avec confiance qu’Ibn Wahshiyya, est le premier véritable égyptologue a avoir apporté la plus grande contribution au déchiffrage des hiéroglyphes jusqu’à ce que Champollion ait terminé le travail près de mille ans plus tard. Les musulmans d’aujourd’hui bénéficieraient immensément de continuer à explorer différentes traditions culturelles et mystères historiques avec le même esprit et le même zèle.

SOURCES:

  • https://www.sciencedaily.com/releases/2004/10/041007085716.htm
  • Fahd, T., “Ibn Waḥshiyya”, dans: Encyclopédie de l’Islam, Deuxième édition , Edité par: P. Bearman, Th. Bianquis, CE Bosworth, E. van Donzel, WP Heinrichs. Consulté en ligne le 26 juillet 2016; Première publication en ligne: 2012
  • al-Khalili, Jim. Pathfinders: l’âge d’or de la science arabe . Londres: Penguin Books, 2010, p. 136-137
  • Thompson, Jason. Des choses merveilleuses: une histoire de l’égyptologie 1: De l’Antiquité à 1881, volume 1. New York: L’université américaine au Caire Press, 2015, p. 45

About Jack

Directeur de la publication. Jacques, Jack, Ismaël. Plusieurs pseudos pour une seule personne ! Revenant à l'Islam depuis pas mal d'années, grâce à Allah, ma vie a été chamboulée non sans regret. Comédien de formation, humoriste, auteur, vadrouilleur dans le monde mais surtout à Paris. Je souhaite faire partager le quotidien d'un musulman à travers ce webmagazine, avec des articles et des vidéos.

One Comment

  1. Hussein

    21 septembre 2018 at 13 h 35 min

    Bonjour, y-a-t-il des articles ou livres de spécialistes universitaires qui font état de cette re-découverte, svp (avec les références exactes) ? C’est pour le mettre dans une encyclopédie en ligne.

    View Comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.