Israël intercepte un bateau qui a voulu briser le blocus

By on 31 mai 2018

Un navire transportant des patients palestiniens, des étudiants et des militants a été capturé par des navires de guerre israéliens et emmené au port d’Ashdod.

[Mohammed Salem/Reuters]

Les forces navales israéliennes ont intercepté un navire palestinien quelques heures après avoir quitté la côte de la bande de Gaza assiégée.

Le bateau, transportant des patients, des étudiants et des personnes blessées lors de récentes manifestations de masse, a été transféré mardi au port israélien d’Ashdod, selon l’armée israélienne.

Les 17 personnes à bord tentaient de briser le siège imposé par Israël pour la première fois en plus d’une décennie, et étaient parties avec l’intention d’atteindre Limassol, une ville côtière du sud de Chypre.

Le bateau intercepté avait franchi neuf milles marins (16 km), avant que quatre navires de guerre israéliens ne flanquent le navire.

En vertu des accords d’Oslo signés en 1993, Israël est obligé d’autoriser la pêche jusqu’à 20 milles marins, mais cela n’a jamais été mis en œuvre.

Le plus grand rayon d’action qu’Israël ait autorisé les bateaux au cours des 10 dernières années est de 12 milles marins (22 km) et, parfois, la limite a été réduite à un mille marin (1,85 km).

Les bateaux sont souvent limités à six milles marins (11 km), et les forces israéliennes tirent régulièrement des coups de semonce sur les bateaux qui tentent de le franchir.

Bien que des centaines de personnes aient arraisonné plus de 30 bateaux de pêche à l’appui du navire principal, ils n’ont pas franchi la limite permise de six milles marins, a déclaré à Al Jazeera Ramadan al-Hayek, l’ un des organisateurs du voyage.

Quinze bateaux ont tenté de franchir plus de neuf milles marins (16,7 km), mais ils ont rencontré des tirs par les forces israéliennes. Ces bateaux ont navigué dans une démonstration de soutien et ne visaient pas à atteindre Chypre, a ajouté al Hayek.

Les organisateurs du voyage, appelé le comité Break the Siege, ont également déclaré à Al Jazeera que le bateau capturé est allé jusqu’à 14 miles nautiques (26 km) lorsque les forces israéliennes ont commencé à tirer vers le navire.

Ils ont perdu le contact avec ceux à bord peu de temps après.

Les passagers avaient un passeport valide, les blessés ayant pris des dispositions pour recevoir un traitement médical en Turquie avant de quitter le port de Gaza.

Selon al-Hayek, 17 personnes ont été arrêtées par les forces israéliennes à Ashdod.

Les membres du Comité ont indiqué qu’ils travaillaient avec des agences internationales, notamment Human Rights Watch et le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), pour assurer le bien-être des passagers du bateau et tenir Israël responsable de leur sécurité.

Al-Hayek a également déclaré que le comité allait bientôt annoncer le lancement d’un second bateau en réponse aux actions d’Israël.

L’armée israélienne a blâmé le Hamas , le parti qui gouverne la bande de Gaza, pour la “violation” navale.

Dans une série de messages sur Twitter, il a déclaré que les Palestiniens seraient renvoyés à Gaza et a averti que le mouvement ne ferait que “nuire” aux résidents de la bande.

Il a également déclaré qu’Israël continuerait à faire respecter le blocus.

Les organisateurs ont réitéré que le voyage était une continuation de la Grande marche de retour , qui a commencé le 30 mars avec les Palestiniens se ralliant pour le droit de retour des réfugiés dans les maisons et les villages dont ils ont été expulsés de force en 1948.

Depuis, les forces israéliennes ont tué au moins 120 Palestiniens dans l’enclave côtière et en ont blessé au moins 13 000 autres.

La semaine dernière, le gouvernement palestinien a soumis pour la première fois un renvoi à la Cour pénale internationale (CPI), appelant les procureurs à ouvrir une enquête immédiate sur ce qu’il a appelé les crimes israéliens dans les territoires palestiniens occupés.

Les Nations Unies ont averti à plusieurs reprises que les effets du blocus pourraient rendre Gaza inhabitable dans les prochaines années.

En 2007, après la victoire électorale du Hamas et la prise de contrôle du groupe sur le territoire, Israël a imposé un blocus terrestre, aérien et naval strict sur Gaza.

Et en 2013, l’Egypte voisine , qui a fermé en grande partie son point de passage frontalier avec Gaza, a bloqué les tunnels reliant Gaza à el-Arish, en fermant la seule autre route à l’extérieur de la bande.

Avec de sévères restrictions à l’accès aux services de base, Gaza a été surnommée la plus grande prison à ciel ouvert du monde, avec plus de deux millions de personnes.

SOURCE : AL JAZEERA

About Jack

Directeur de la publication. Jacques, Jack, Ismaël. Plusieurs pseudos pour une seule personne ! Revenant à l'Islam depuis pas mal d'années, grâce à Allah, ma vie a été chamboulée non sans regret. Comédien de formation, humoriste, auteur, vadrouilleur dans le monde mais surtout à Paris. Je souhaite faire partager le quotidien d'un musulman à travers ce webmagazine, avec des articles et des vidéos.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.