La Chine a payé Twitter et Facebook pour diffuser une propagande anti-musulmane

By on 9 novembre 2019

Bien que Facebook et la Chine soient bloqués en Chine, ces vidéos promotionnelles ont été largement diffusées auprès du public occidental

De nouvelles enquêtes ont révélé que la Chine payait Facebook et Twitter pour des publicités diffusant des informations erronées sur les camps de concentration de la province du Xinjiang (nord-ouest), qui emprisonnent actuellement plus d’un million de musulmans appartenant à une minorité ethnique.

Ces camps de détention, considérés comme la plus grande incarcération de masse de personnes depuis l’Holocauste, ont été documentés par des groupes de défense des droits humains comme étant des centres de torture, de conversions forcées, de stérilisations forcées et de viols de masse, ainsi que des exécutions extrajudiciaires.

Les publicités payées approuvées par la Chine visaient à convaincre le public occidental que les camps étaient des centres de «rééducation» hébergeant des extrémistes dans une région en proie à la rébellion ouïghoure. De nombreuses publicités sur Facebook et Twitter ont également tenté de montrer aux musulmans ouïghours qui aiment passer du temps dans les camps, par opposition à la vérité brutale des camps de détention.

D’autres vidéos et publicités portent des légendes telles que «l’établissement de centres d’enseignement et de formation professionnels aide le Xinjiang à maintenir une stabilité sociale durable et à lutter contre l’extrémisme religieux. Si les centres étaient installés plus tôt, il y aurait moins d’attaques violentes ». Nombre d’entre eux défendent également l’idée que des Ouïghours se joignent volontairement à ces camps de détention, au milieu d’une scène de souffrances de citoyens chinois Han qui sont brutalement terrorisés par les musulmans ouïghours.

Bien que Facebook et Twitter soient tous deux bloqués en Chine, ces vidéos ont fait l’objet d’une large publicité auprès du public occidental et ont souvent été diffusées, que l’utilisateur suive ou non la source du point de vente. Ces vidéos, dont beaucoup circulent depuis le début du mois de juin de cette année, ne sont qu’une autre tentative de la Chine d’effacer les souffrances et de dissimuler le génocide perpétré contre leur population ouïghoure et d’autres minorités musulmanes du pays.

En août de cette année, Twitter a déclaré avoir mis à jour ses politiques en matière de publicité et ne plus utiliser d’argent de publicité provenant de médias contrôlés par l’État. Facebook, cependant, a été moins ouvert sur la manière dont il traite la propagande flagrante. Indiquant à Buzzfeed News qu’il continuera d’accepter les publicités parrainées par l’État, il a également ajouté qu’il “examinerait de près les annonces qui nous ont été envoyées afin de déterminer si elles enfreignent nos règles”. C’est un moyen rapide et facile de se faire reprocher – Facebook continuera à propager de fausses nouvelles dangereuses par des États tels que la Chine, alors qu’il n’examinera la question que lorsque les questions auront été soulevées par une tierce partie.

Alors que la Chine continue de pratiquer le nettoyage ethnique, avec plus d’ un million d’ Oughours et d’autres groupes ethniques minoritaires musulmans emprisonnés et torturés, le monde continue de fermer les yeux sur l’une des violations des droits de l’homme les plus atroces de l’histoire moderne. Les médias sociaux tels que Facebook et Twitter sont désormais également à blâmer, car ils contribuent à attiser les flammes du génocide chinois contre les musulmans dans le pays.

Source Muslim Vibes

About Jack

Directeur de la publication. Jacques, Jack, Ismaël. Plusieurs pseudos pour une seule personne ! Revenant à l'Islam depuis pas mal d'années, grâce à Allah, ma vie a été chamboulée non sans regret. Comédien de formation, humoriste, auteur, vadrouilleur dans le monde mais surtout à Paris. Je souhaite faire partager le quotidien d'un musulman à travers ce webmagazine, avec des articles et des vidéos.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.