La route des migrants au Yémen augmente de 50% et dépasse la Méditerranée

By on 5 décembre 2018

GENEVE (Reuters) – Le nombre de migrants arrivant au Yémen devrait augmenter de 50% cette année par rapport à 2017, et près de 150 000 d’entre eux risqueraient tous de faire le trajet entre la Corne de l’Afrique et le Golfe Persique, a annoncé mardi l’agence de migration ONU.

Joel Millman, porte-parole de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), a déclaré que cela impliquait plus de migrants que les 107 000 qui sont arrivés en Europe cette année après avoir effectué le périlleux voyage de l’Afrique du Nord à travers la Méditerranée.

«C’est une urgence, un événement au moins aussi grand, et probablement plus grand, que certains des autres grands mouvements mondiaux actuels. Je suppose que l’exception serait le Venezuela », a-t-il déclaré à la presse, évoquant l’exode d’environ 3 millions de personnes du Venezuela frappé par la crise ces dernières années.

«Les migrants arrivant au Yémen voyagent d’abord par voie terrestre, principalement via Djibouti, puis par des traversées périlleuses en bateau dans le golfe d’Aden jusqu’au Yémen, l’une des routes de migration maritime les plus fréquentées au monde», a déclaré Millman.

Selon les estimations, 92% des migrants étaient éthiopiens et les autres somaliens. Un sur cinq était mineur, la plupart d’entre eux non accompagnés.

Depuis le début de 2014, l’OIM a enregistré plus de 700 décès dans le golfe d’Aden, avec 156 noyades cette année, mais Millman a déclaré que c’était certainement une sous-estimation.

De nombreux cas ont été ignorés et, parfois, des trafiquants ont forcé des migrants à quitter leur bateau dès qu’ils sont arrivés à la vue de la terre et beaucoup se sont noyés, a-t-il déclaré.

“Ce n’est que lorsque ces corps sont retrouvés sur la plage que nous en entendons même parler”, a-t-il ajouté.

Millman a déclaré que les migrants étaient entraînés par la sécheresse et le chômage dans la Corne de l’Afrique et attirés par les salaires disponibles dans le Golfe.

En juillet de cette année, un rapport des Nations unies indiquait que l’Arabie saoudite expulsait 10 000 Ethiopiens par mois après la fin d’une amnistie pour retour volontaire en novembre 2017.

Les passeurs ont eu recours à la guerre au Yémen pour se lancer en affaires, affirmant que les autorités étaient trop préoccupées pour surveiller correctement les frontières du Yémen.

“Bien sûr, une fois qu’ils y sont arrivés, la situation est très différente”, a-t-il déclaré.

«Il y a des champs de mines à traverser, il y a des coups de feu … il y a des accidents de voiture, toutes sortes de points dangereux le long de la frontière. Nous avons été témoins de nombreux décès au cours des trois dernières années. “

Source Reuters

About Jack

Directeur de la publication. Jacques, Jack, Ismaël. Plusieurs pseudos pour une seule personne ! Revenant à l'Islam depuis pas mal d'années, grâce à Allah, ma vie a été chamboulée non sans regret. Comédien de formation, humoriste, auteur, vadrouilleur dans le monde mais surtout à Paris. Je souhaite faire partager le quotidien d'un musulman à travers ce webmagazine, avec des articles et des vidéos.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.