La surveillance par la Chine des musulmans ouïghours

By on 28 avril 2019

Alors que la Chine est de plus en plus critiquée pour son traitement de la population musulmane, de nouveaux détails apparaissent sur la manière dont Pékin espionne les Ouïghours chez lui et à l’étranger.

Zonguldak, Turquie – La ville minière turque de Zonguldak semble un lieu improbable pour rencontrer un homme qui dit être un espion chinois, mais c’est ici que Yusuf Amat a pris des dispositions pour nous rencontrer.

Assis dans le hall d’un hôtel surplombant la mer Noire et l’attendant, je me demande quel genre de personne accepterait d’informer des voisins, des amis et même de la famille pour un gouvernement accusé par des groupes de défense des droits d’avoir mené une campagne de masse brutale arrestations et détentions.

Alors qu’Amat entre par la porte vitrée, il me manque presque. Vêtue d’une combinaison grise, d’un chapeau gris en tricot de coton et d’une lourde veste grise, tout ce qui le concerne, de ses vêtements à ses maniérismes, n’a rien de particulier. 

“Ni hao (bonjour)”, dit doucement Amat en me saluant en mandarin alors qu’il baissait les yeux et me secouait doucement la main.

“Désolé d’être en retard, je viens de terminer mon quart de travail à la station-service et j’ai dû prendre quelques bus pour arriver ici.”

Amat est ouïghour . Une minorité ethnique musulmane en  Chine , les Ouïghours ont été la cible d’une répression majeure par le gouvernement à Beijing. Un panel des Nations Unies sur les droits de l’homme a déclaré que cela avait conduit à l’emprisonnement d’un million de personnes, dans ce que les Chinois appellent des ” centres de rééducation “.

“Mon rôle”, explique Amat, “était de fournir des informations aux officiels”.

“J’ai rendu compte de tout ce que les gens faisaient: ce qu’ils mangeaient, buvaient, ce qu’ils faisaient en privé chez eux, qu’il s’agisse d’amis ou de parents, j’ai tout partagé.”

Amat dit que ses informations ont été envoyées aux autorités.  

Ce qui contrarie Amat, dit-il, est que les fonctionnaires emprisonnaient souvent des personnes pour des raisons “inoffensives et sans conséquence”.

“Vous pouvez avoir une longue barbe ou un texte religieux sur votre téléphone, ou peut-être avez-vous étudié à l’étranger ou avez-vous eu un appel téléphonique à longue distance avec une personne à l’étranger. Tout cela pourrait vous conduire en détention.”

Amat dit qu’il a commencé à espionner en 2012 parce que des fonctionnaires avaient arrêté et torturé sa mère, la menaçant de la maintenir en détention à moins qu’il n’accepte de travailler pour eux.

“Depuis que je suis jeune, je me suis toujours dit que je protégerais ma mère. Mais je ne l’ai pas fait. Quand ils m’ont emmenée la voir, mon cœur était si douloureux.”Amat a déclaré que son gestionnaire l’avait envoyé espionner à l’étranger, dans le cadre du réseau de surveillance mondial en expansion de la Chine . De 2012 à 2018, Amat affirme avoir reçu l’ordre d’infiltrer les communautés ouïghoures en Afghanistan, au Pakistan et en Turquie. Il a ajouté que Pékin avait “d’innombrables” informateurs dans le monde.

“Je viens de la petite ville de Karamay et je ne suis qu’un des nombreux interlocuteurs que je traite. Il y a des dizaines de villes de la même taille dans le Xinjiang, sans parler des grandes villes. Et puis, il y a les opérations internationales. peut imaginer combien y a des yeux. “

Et Amat a déclaré que la Chine devenait plus audacieuse sur le front international, affirmant que des membres du gouvernement avaient enlevé des Ouïghours à l’étranger.

De retour en Chine, beaucoup disparaissent dans les centres de rééducation.

Le gouvernement chinois  nie que les  Ouïghours soient arrêtés arbitrairement et détenus contre leur volonté. Il s’agit d’établissements de formation professionnelle “volontaires”, conçus pour fournir une formation professionnelle et pour enrayer les tendances “extrémistes”.

Amat a déclaré que le gouvernement “mentait carrément” et que lui-même avait passé un an et demi dans un centre de détention, après avoir été arrêté pour avoir tenté de s’envoler pour le Moyen-Orient et rejoindre les combattants musulmans.

C’est pendant qu’il purgeait sa peine qu’il déclarait que les autorités l’avaient recruté. Une fois qu’il a accepté de devenir un informateur, Amat dit qu’il a été chargé de nettoyer les lieux de détention.

Ses tournées lui ont permis d’accéder à de nombreuses zones du centre.

“J’ai vu beaucoup de gens se faire battre à l’intérieur des interrogatoires. Parfois, ils utilisaient des cordons électriques nus – qui infligeaient une douleur inimaginable. Ceux qui étaient battus poussaient des cris horribles, en particulier les jeunes filles de mon âge. Ce que je ne peux pas oublier est le sang – le sang humain sur le sol, sur les murs, partout, après. ” 

Al Jazeera a parlé à plus d’une douzaine d’anciens détenus. Beaucoup confirment avoir été témoins ou avoir été eux-mêmes torturés et maltraités dans ces centres.

Abduweli Ayup, enseignant et écrivain, a passé 15 mois dans trois installations à Urumqi, la capitale de la province du Xinjiang. Le jour de son arrestation, il aurait déclaré que des policiers l’auraient emmené dans une cellule de détention et l’auraient violé.

“Le premier jour a été très mauvais”, a déclaré Ayup.

“Ils m’ont enlevé mes vêtements, m’ont giflé les fesses, puis ils ont abusé de moi … de plus de 20 Chinois. Le lendemain, la police m’a demandé: ‘Un jour, si vous êtes au pouvoir, que ferez-vous pour nous? ? ‘ J’ai dit: ‘Regardez, je suis un être humain, je ne suis pas un animal comme vous’ “.

Ayup dit qu’au cours des mois qui ont suivi, il a été régulièrement battu par d’autres détenus. Les gardiens de prison ont ignoré ses appels à l’aide, a-t-il ajouté.

“Ils veulent que tu sois torturé comme ça. Si tu es beaucoup torturé, il est plus facile pour toi de coopérer avec eux pendant l’interrogatoire.”

Selon Ayup, les viols et les passages à tabac ont été orchestrés pour l’amener à admettre qu’il était un séparatiste ou un “terroriste”.

“Je suis un enseignant, je suis un érudit. Je n’ai jamais pensé à ces choses. Je ne suis pas séparatiste. Je ne suis pas un terroriste. Qu’est-ce que je dois avouer?” il demande.

Ayup a été emprisonnée pour avoir collecté des fonds pour les écoles ouïghoures après que les autorités chinoises aient interdit aux enfants d’apprendre la langue ouïghoure. 

“Ils veulent supprimer les Ouïghours. Ils veulent que les Ouïghours croient que le Parti communiste chinois est Dieu”, a déclaré Ayup.

Après sa libération, Ayup a déclaré qu’il craignait d’être de nouveau enfermé. Il s’est donc enfui avec sa famille en Turquie. Les Ouïghours partagent une longue histoire avec le pays et des milliers de personnes s’y sont installées au cours de la dernière décennie.

À Istanbul, Ayup a documenté les récits de détenus ouïghours.  

L’un d’entre eux est Gulbakhar Jaliloua.  

Ayup nous emmène à sa rencontre dans un refuge de la ville. Assise sur un canapé, elle commence à sangloter de façon incontrôlable alors qu’elle raconte son expérience.

“J’ai été détenue pendant un an, trois mois, dix jours … Je comptais toutes les heures et toutes les minutes. Une heure semblait être une année”, dit-elle.

Jaliloua dit qu’elle a été arrêtée au Xinjiang alors qu’elle récupérait une cargaison pour son commerce de vêtements. Ce qui la déconcerte au sujet de son arrestation, c’est qu’elle n’est même pas une citoyenne chinoise. Quand elle a dit aux autorités qu’elle venait du Kazakhstan, elles ont simplement caché son identité, a déclaré Jaliloua .

“Ils m’ont donné un nom chinois et un numéro d’identification chinois pour que l’ambassade du Kazakhstan ne puisse pas me trouver.”

Jaliloua raconte comment elle a été entassée dans une petite cellule avec 35 autres femmes, puis soumise à des interrogatoires terrifiants qui ont parfois duré 24 heures.  

“Ils m’ont mis une cagoule noire sur la tête, des menottes et des chaînes … Je ne pouvais pas marcher vite avec les menottes aux jambes, alors ils ont continué à me pousser. Quand je suis tombée, ils m’ont traînée dans la salle d’interrogatoire.”


Gulbakar Jaliloua est un musulman ouïgour et citoyen du Kazakhstan. 
Elle dit qu’elle a été détenue pendant plus d’un an par les autorités chinoises lors d’un voyage d’affaires en Chine. 
[Steve Chao / Al Jazeera]

Jaliloua a déclaré qu’elle et les autres détenus musulmans n’avaient pas le droit de prier et qu’ils craignaient constamment d’être punis s’ils le trouvaient en secret.

En détention, elle a perdu 30 kg mais affirme que son traitement était meilleur que celui réservé aux Ouïghours chinois.  

“Il y avait cette jeune femme nommée Patigul … Un jour, elle est revenue avec ses cheveux tout ébouriffés … Elle m’a montré le côté droit de sa tête. Elle était enflée et saignait … après avoir été violemment battue.”

Les autorités chinoises nient catégoriquement les accusations d’abus et ignorent les appels internationaux grandissants pour fermer les centres de “rééducation”.  

Le gouvernement a déclaré qu’il autoriserait les responsables de l’ONU à visiter les installations, à condition qu’ils “se conforment à la loi chinoise … évitent de s’immiscer dans les affaires intérieures … et adoptent plutôt une attitude neutre et objective”.

Amat dit qu’il n’est plus possible pour lui de garder le silence sur le traitement réservé à son peuple.

“La Chine pense que ce qu’ils font est bien, mais ils ont tort”, a-t-il déclaré. “Oui, chaque pays a ses propres lois, mais il existe également une norme internationale universelle. Et à mes yeux, ils violent sérieusement cette norme. Les Ouïghours n’ont pas le droit de vivre en liberté, de vivre comme nous le ferions. comme.”


Un homme ouïghour se tient devant une carte montrant le Xinjiang, la patrie des Ouïghours en Chine qui, selon certains, devrait être l’État indépendant du Turkestan oriental [Steve Chao / Al Jazeera]

Amat a avoué qu’il se sentait coupable d’avoir informé des camarades ouïghours. 

“C’est comme un besoin douloureux de me poignarder à chaque fois.”

Je lui ai demandé pourquoi il avait décidé de partager cette information maintenant. Amat dit qu’il n’a plus grand chose à perdre. La plupart de sa famille a été placée dans des centres, en partie, à cause de son espionnage.

“Ma sœur, ma mère et mon beau-frère, ses frères, ses parents, mon oncle… ils sont tous en prison. Ils sont tous là.”

Amat a déclaré s’être installé à Zonguldak car peu d’Ouïghours habitent dans la ville, ce qui complique la tâche des autorités chinoises qui lui demandent de lui espionner.  

Maintenant qu’il a parlé aux médias, il dit qu’il est susceptible de subir des représailles.

Mais il dit qu’il est prêt.

“Il ne s’agit pas seulement de ma famille immédiate, il s’agit de prendre position pour chaque Ouïghour. Ils sont tous de ma famille. Ma propre vie n’a pas d’importance. Quoi qu’il arrive, il se passe. J’ai suffisamment vécu.”

Steve Chao

SOURCE: AL JAZEERA NEWS

About Jack

Directeur de la publication. Jacques, Jack, Ismaël. Plusieurs pseudos pour une seule personne ! Revenant à l'Islam depuis pas mal d'années, grâce à Allah, ma vie a été chamboulée non sans regret. Comédien de formation, humoriste, auteur, vadrouilleur dans le monde mais surtout à Paris. Je souhaite faire partager le quotidien d'un musulman à travers ce webmagazine, avec des articles et des vidéos.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.