Skip to content Skip to footer

Le Sri Lanka force les musulmans à incinérer les victimes du COVID-19

Un groupe de défense des droits et des militants accusent le gouvernement d’avoir forcé l’incinération des victimes musulmanes du COVID-19 au mépris des directives de l’OMS.

La crémation forcée de deux musulmans infectés par COVID-19 au Sri Lanka a envoyé des ondes de choc parmi la communauté minoritaire, qui a accusé les autorités de violer les rites funéraires islamiques.

Bishrul Hafi Mohammed Joonus, 73 ans, de la capitale Colomb, qui est mort de  Covid-19 ,  a été le deuxième musulman à être incinéré  dans la nation insulaire de l’ océan Indien, et qui a enregistré 151 cas jusqu’à présent .

Le fils de Bishrul, Fayaz Joonus, 46 ans, a déclaré que son père qui avait un trouble rénal avait été testé positif au virus le 1er avril et est décédé le même jour. Il a été incinéré le lendemain.

Fayaz a déclaré qu’ils ne pouvaient pas faire des prières funéraires de la congrégation, appelées Janazah, pour son père en raison de la peur des infections.

“Mon père a été emmené dans un véhicule sous la supervision des forces de police et a été incinéré. Nous avons fait quelques prières à l’extérieur de la morgue, mais ce n’était pas une Janazah que nous, musulmans, faisons habituellement”,

a déclaré Fayaz à Al Jazeera.

“Le gouvernement doit prendre des dispositions pour que nous, musulmans, puissions enterrer nos proches conformément à nos rites funéraires islamiques.”

Musulmans de crémation du Sri Lanka

La crémation des musulmans a causé de l’angoisse dans la communauté  [Al Jazeera]

“S’il y a une option pour l’enterrement, notre gouvernement devrait s’adapter. La crémation n’est pas la seule option, nous voulons enterrer nos proches selon le rite islamique”,

a-t-il déclaré à Al Jazeera.

Le ministère de la Santé du Sri Lanka a publié mardi des directives COVID-19 disant que la procédure standard d’élimination des corps devrait être la crémation. Il a renversé une directive antérieure qui autorisait l’enterrement musulman traditionnel.

Il a également déclaré que le corps ne devrait pas être lavé et placé dans un sac scellé et un cercueil, contrairement à la pratique islamique de laver le corps.

Amnesty demande aux autorités de mettre fin à l’incinération forcée

Les dirigeants et militants musulmans ont souligné que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) autorise à la fois l’enterrement ou l’incinération des personnes décédées à cause de la pandémie.

Un éminent avocat, Ali Sabry, a déclaré dans un article sur Facebook qu’il était déçu de la décision des autorités d’incinérer des corps de musulmans, car elle ne respectait pas les directives de l’OMS, qui stipulent qu’un corps peut être enterré ou incinéré.

Sri Lanka crémation musulmans

Les incinérations forcées ont envoyé des ondes de choc dans la communauté musulmane du Sri Lanka [Al Jazeera]

 Sur les quatre personnes décédées des suites de COVID-19, deux étaient des musulmans. La crémation des musulmans a provoqué de l’angoisse dans la communauté.

“La communauté musulmane considère cela comme un programme raciste de forces bouddhistes extrémistes qui semblent tenir le gouvernement en rançon”, a déclaré à Al Jazeera Hilmy Ahamed, vice-président du Conseil musulman du Sri Lanka.

“Les directives émises par l’OMS sont appliquées par la Grande-Bretagne, la plupart des pays européens, Singapour, Hong Kong et toutes les nations musulmanes [à l’exception du Sri Lanka]”, a-t-il déclaré à Al Jazeera.

Amnesty International a également appelé les autorités à “respecter le droit des minorités religieuses à effectuer les rites finaux” selon leurs propres traditions.

«En cette période difficile, les autorités devraient rapprocher les communautés et ne pas aggraver les divisions entre elles»  , a déclaré Biraj Patnaik, directeur d’Amnesty International pour l’Asie du Sud, dans un communiqué.

“Les proches en deuil des personnes décédées à cause de COVID-19 devraient pouvoir faire leurs adieux à leurs proches comme ils le souhaitent, en particulier lorsque cela est autorisé par les directives internationales.”

Les musulmans représentent 10% des 21 millions d’habitants du Sri Lanka. Mais leurs relations avec la majorité des bouddhistes cinghalais se sont détériorées dans les années qui ont suivi la fin de la guerre civile en 2009, au cours desquelles des groupes bouddhistes purs et durs ont été accusés de plusieurs attaques contre les entreprises et les lieux de culte musulmans.

À la suite des attaques meurtrières d’avril 2019 qui ont tué plus de 250 personnes, les musulmans ont été confrontés à une hostilité accrue de la majorité cinghalaise .

Une organisation musulmane peu connue a été accusée de la pire attaque de la nation insulaire depuis la guerre civile entre les forces gouvernementales et les combattants séparatistes tamouls.

“C’est juste pour nuire aux sentiments de la minorité”, a déclaré à Al Jazeera Azath Salley, chef du parti politique de l’Alliance pour l’unité nationale et ancien gouverneur de la province de l’Ouest.

«Sentiments anti-islamiques»

La méthode d’élimination du défunt est devenue un grand sujet de discussion dans le pays, avec  une  section des médias accusée de diffuser une ” hystérie anti-musulmane  “ et de pointer du doigt les musulmans pour la propagation du virus.

Nalaka Gunawadenne, un analyste des médias, a déclaré qu’au milieu de la pandémie de COVID-19, il est très inquiétant et décourageant de voir des sentiments anti-islamiques et des discours de haine anti-musulmans “élever à nouveau la tête laide au Sri Lanka”.

«Il s’agit d’une urgence nationale et mondiale partagée par tous les humains, et non d’un moment mettant en évidence nos divisions culturelles. Le coronavirus ne se soucie pas de nos différences ethniques ou religieuses. Nous devons avoir peur du virus – pas les uns des autres – et nous unir pour contenir et combattre la maladie “, a-t-il déclaré à Al Jazeera.

Les responsables gouvernementaux du département des services de santé n’ont pas répondu aux appels répétés d’Al Jazeera pour commentaires.

Pendant ce temps, Fayaz, qui se trouve dans un  centre de quarantaine de fortune à Punani dans la province orientale, a  déclaré qu’il n’avait pas informé sa mère de la mort et de l’incinération de son père.

“Elle a une maladie cardiaque et nous ne voulons pas la risquer. Elle ne pourra pas la supporter.”

SOURCE: AL JAZEERA NEWS

Leave a comment

0.0/5

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

× Comment puis-je vous aider ?