Les musulmans sont «massacrés à la demande» pour leurs organes en Chine

By on 31 mai 2020

Publié par CJ Werleman Independent, un projet de journalisme d’investigation financé et financé de manière indépendante qui cherche à dénoncer et à mettre fin aux injustices contre les musulmans du monde entier. Veuillez soutenir sa lutte contre l’injustice et l’islamophobie

Que faudra-t-il avant que la communauté internationale ne fasse quoi que ce soit de significatif pour faire pression sur la Chine afin qu’elle mette fin à ce qui est devenu la plus grande persécution industrielle à l’échelle mondiale d’une minorité religieuse depuis l’Holocauste ?

Faut-il prendre des photos de cadavres empilés les uns sur les autres, ou des images satellite de cheminées répandant dans l’atmosphère les restes enfumés des détenus des camps de concentration musulmans gazés?

Ou que diriez-vous de nouvelles allégations crédibles selon lesquelles la Chine prélèverait, commercialiserait et vendrait des organes prélevés sur les détenus musulmans des camps de concentration?

Dans une interview accordée à une chaîne en langue chinoise, une femme chinoise identifiée comme Mme Aili a décrit comment elle avait personnellement été témoin du programme de prélèvement d’organes à vif de la Chine en pratique en 2006 au Département de transplantation hépatique de l’hôpital Tianjin Taida situé dans la région de Binhai ville de Tianjin, Chine.

Vous pouvez regarder l’interview complète ici: https://t.co/CSh0vQEG7i

Elle allègue avoir vu 37 ressortissants saoudiens recevoir des organes de donneurs situés dans le Xinjiang, qu’elle appelle «abattage sur demande».

Lorsque l’intervieweur a demandé: «Pourquoi les gens du Xinjiang ont-ils été choisis ? » Elle a répondu: «Parce qu’ils [les destinataires d’organes saoudiens] veulent des organes Halal.»

L’année dernière, j’ai interviewé Enver Tohti, un chirurgien ouïghour en oncologie reconnu par des groupes de défense des droits de l’homme pour avoir «involontairement pratiqué le premier cas de prélèvement d’organes à vif» en 1995, lorsqu’il a reçu l’ordre de retirer les reins et le foie d’un prisonnier musulman ouïghour qui avait été rendu inconscient par une exécution délibérément bâclée.

Vous pouvez lire plus de mon interview avec Tohti ici .

“Mon chirurgien en chef m’a appelé pour me rendre dans une pièce près des lieux d’exécution d’Urumqi pour retirer le foie et deux reins d’un prisonnier exécuté”, m’a dit Tohti. “Il s’est avéré qu’il n’était pas complètement mort parce qu’ils [le peloton d’exécution chinois] lui ont tiré par la poitrine droite [intentionnellement] pour le mettre KO [sans le tuer], alors j’aurais le temps de retirer ses organes.”

Tohti a vu le cœur de l’homme battre encore alors qu’il retirait ses reins et son foie.

Avant de parler avec moi, Tohti avait déclaré à Radio Free Asia qu’il pensait que les principaux clients d’organes musulmans ouïghours vivants étaient de riches bénéficiaires de transplantations saoudiennes, la Chine commercialisant grotesquement et de manière grotesque des parties de corps vivants comme des «organes halal», malgré le fait chose existe dans la règle ou la pratique islamique.

Lorsque j’ai fait pression sur Tohti sur cette affirmation, il a admis n’avoir aucune preuve directe, seulement des comptes de seconde main non vérifiés selon lesquels la Chine vendait et commercialisait des organes «halal» à de riches destinataires d’organes saoudiens, insistant sur le fait qu’il était «préférable de ne pas en parler avant qu’il ne soit possible confirmé.”

Mais quand j’ai demandé pourquoi il ne maintenait plus l’affirmation précédente qu’il avait donnée à RFA , il a pivoté pour exprimer sa peur pour la sécurité de sa mère, qui reste au Xinjiang.

Le témoignage de Mme Aili vient maintenant étayer la revendication antérieure de Tohti.

Le professeur Erkin Sidick, ingénieur optique senior en optique spatiale qui entretient des contacts indirects avec des hauts fonctionnaires du gouvernement chinois, m’a expliqué la mécanique macabre du programme de prélèvement d’organes musulman en Chine.

«Le PCC a d’abord transporté et dispersé plus d’un million d’Ouïghours dans diverses provinces Han, puis les a répartis en différents groupes. Un groupe est destiné au prélèvement d’organes, un autre à l’expérimentation biologique et d’autres à d’autres fins, telles que la mise à mort distribuée. Le PCC n’a plus d’argent pour entretenir ses vastes camps de concentration et recourt à ce genre de moyens. Je reçois constamment des informations de hauts fonctionnaires du gouvernement par le biais de plusieurs intermédiaires, mais il m’a été impossible de rendre mes informations officielles, car cela mettrait certaines personnes en danger, y compris ces fonctionnaires », a déclaré Sidick.

Dans un tweet publié le 19 janvier 2020, Erkin a écrit :

Les allégations crédibles concernant le programme de prélèvement d’organes musulman en Chine sont maintenant aussi courantes que répandues et peuvent être facilement trouvées sur les plateformes de médias sociaux, telles que Twitter et Facebook.

Ces affirmations sont également soutenues par un éventail de groupes de défense des droits de l’homme, y compris un panel britannique d’avocats et de militants qui ont publié un rapport l’année dernière, concluant: «La Chine continue de tuer des prisonniers d’opinion pour des transplantations d’organes», avec des membres assassinés du Falun Gong un groupe spirituel et une minorité ouïghoure «utilisés comme une banque d’organes» et fournissent la majeure partie des 69 300 transplantations illégales d’organes estimées dans le pays par an.

«La conclusion montre que de très nombreuses personnes sont décédées de mort indescriptiblement hideuse sans raison», a déclaré Sir Geoffrey Nice, président du tribunal, dans le jugement. Beaucoup ont été «coupés ouverts alors qu’ils étaient encore en vie pour que leurs reins, foies, cœurs, poumons, cornée et peau soient retirés et transformés en marchandises à vendre», a-t-il ajouté.

Maintenant, un nouveau rapport publié dans la revue BMC Medical Ethics a révélé ce qui semble être l’effort de la Chine pour couvrir sa récolte de parties du corps de détenus musulmans ouïghours en falsifiant les données sur les dons d’organes. Il suggère que plus de 90 000 musulmans et autres prisonniers politiques sont exécutés chaque année dans le but de profiter de la vente de leurs organes vivants.

«Diverses preuves indiquent ce que les auteurs pensent ne peut être expliqué de manière plausible que par une falsification et une manipulation systématiques des ensembles officiels de données sur les transplantations d’organes en Chine», indique le rapport. «Certains donateurs apparemment non volontaires semblent également être classés à tort comme volontaires. Cela se déroule parallèlement à une véritable activité de transplantation volontaire d’organes, qui est souvent encouragée par un paiement en espèces important. »

En 2016, le Parlement britannique a entendu une présentation intitulée « Bloody Harvest / Slaughter », un nom tiré de deux livres des auteurs respectifs Ethan Gutmann; David Kilgour et David Matas. Il fournit des preuves irréfutables que la Chine a établi une «chaîne industrielle complète» pour le prélèvement d’organes de prisonniers politiques, observant que des minorités ont été spécifiquement ciblées, notamment des musulmans ouïghours, des tibétains, des chrétiens de maison et des pratiquants de Falun Gong.

Que la Chine massacre les détenus des camps de concentration musulmans et vendent ensuite leurs organes pour plus de 165 000 $ US par pièce est maintenant bien au-delà des doutes raisonnables, alors je demanderai à nouveau – que faudra-t-il avant que la communauté internationale ne fasse quoi que ce soit de significatif pour faire pression La Chine à mettre fin à ce qui est devenu la plus grande persécution au monde à l’échelle industrielle d’une minorité religieuse depuis l’Holocauste ?

Source Extranewsfeed

About Jack

Directeur de la publication. Jacques, Jack, Ismaël. Plusieurs pseudos pour une seule personne ! Revenant à l'Islam depuis pas mal d'années, grâce à Allah, ma vie a été chamboulée non sans regret. Comédien de formation, humoriste, auteur, vadrouilleur dans le monde mais surtout à Paris. Je souhaite faire partager le quotidien d'un musulman à travers ce webmagazine, avec des articles et des vidéos.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.