L’histoire choquante des bébés disparus d’Israël

By on 26 juin 2018
Avant1 sur 3

De nouvelles informations ont été publiées sur des milliers d’enfants, en majorité yéménites, qui auraient été enlevés dans les années 1950.

“Personne ne voulait que je connaisse la vérité”, a déclaré Gil Grunbaum, photographié à la fin des années 1950 avec ses parents adoptifs [Gracieuseté de Gil Grunbaum]

Tel Aviv – Pendant près de 40 ans, tout ce qui concerne la vie de Gil Grunbaum était un mensonge, y compris son nom.

Il n’était pas, comme il l’avait toujours supposé, le seul fils de riches survivants de l’Holocauste qui possédaient une fabrique de vêtements pour bébé près de Tel-Aviv. Grunbaum avait été volé à sa mère par des médecins dans un hôpital du nord d’Israël en 1956, quelques instants après l’accouchement.

Ses parents biologiques – des immigrants récents en provenance de Tunisie en Israël – ont été informés que leur enfant était mort pendant l’accouchement. Ils ont été renvoyés chez eux sans certificat de décès et privés de la possibilité de voir le corps de leur bébé ou une tombe.

En dépit de ses regards plus sombres, Grunbaum ne pensait jamais que les parents qui l’avaient élevé n’étaient pas biologiquement liés à lui. Maintenant âgé de 60 ans, il dit que la découverte a été «le moment le plus choquant imaginable: tout le monde que j’aimais – mes parents, tantes, oncles et cousins ​​- me trompait depuis des décennies.

Et les fonctionnaires du gouvernement aussi.

Même lorsque j’ai découvert par hasard que j’étais adopté, les services sociaux ont fait tout ce qu’ils pouvaient pour essayer de m’empêcher de trouver ma famille biologique”, a déclaré M. Grunbaum à Al Jazeera. “Personne ne voulait que je connaisse la vérité.”

Après une recherche de trois ans à la fin des années 1990, il a finalement appris le nom de sa famille – Maimon – et a retrouvé sa mère biologique dans la banlieue de Haïfa, dans le nord d’Israël. Quelque 41 ans après leur séparation, ils se sont rencontrés pour la première fois lors d’une réunion émouvante.

L’histoire de Grunbaum serait profondément troublante si elle était unique. Mais de plus en plus de preuves suggèrent qu’il pourrait y avoir des milliers d’autres enfants qui ont été enlevés dans la première décennie.

Le week-end dernier, Tzachi Hanegbi, un ministre du gouvernement chargé d’étudier les disparitions, a reconnu qu’au moins «des centaines» d’enfants avaient été enlevés sans le consentement de leurs parents. C’est la première fois qu’un fonctionnaire du gouvernement fait une telle admission publique.

Après des semaines de réexamen des preuves présentées à une commission d’enquête à la fin des années 1990, Hanegbi a déclaré à la télévision israélienne: “Ils ont pris les enfants et les ont donnés, je ne sais pas où.”

L’enquête Kedmi, qui avait publié ses conclusions en 2001, a révélé que jusqu’à 5 000 enfants ont peut-être disparu au cours des six premières années de l’État, bien qu’il n’en ait examiné que 1 000. Jacob Kedmi, un ancien juge de la Cour suprême qui est décédé le mois dernier, a conclu que dans la plupart des cas, les enfants étaient morts et enterrés à la hâte.

L’aveu de Hanegbi semble confirmer les allégations faites depuis longtemps par les familles – et soutenues par des universitaires et des journalistes – selon lesquelles l’enquête n’était qu’un blanchissement de l’establishment israélien. Kedmi a placé les centaines de milliers de documents relatifs aux témoignages et aux preuves sous scellé pendant 70 ans. Ils ne seront pas rendus publics avant 2071.

Ce fut un crime perpétré contre des milliers de parents qui ne connaissent toujours pas la vérité sur le sort de leurs enfants.

Shoshana Madmoni-Gerber, auteur des médias israéliens et de l’encadrement des conflits internes: l’affaire des bébés yéménites.

La première conséquence est susceptible d’être une pression croissante sur le gouvernement pour ouvrir les dossiers d’adoption de l’état afin que l’ampleur réelle des disparitions puisse être évaluée et que les familles soient réunies.

Mais les commentaires autrement évasifs de Hanegbi ne feront pas grand-chose pour mettre fin aux soupçons que les fonctionnaires essaient encore activement d’éviter d’affronter les questions les plus controversées: Pourquoi les nourrissons ont-ils été enlevés à leurs familles? Est-ce que les hôpitaux et les organisations de bien-être ont trafiqué des enfants dans les premières années d’Israël? Et les organes de l’Etat étaient-ils complices des enlèvements de masse?

Interrogé par l’émission télévisée israélienne Meet the Press sur la question de savoir si les responsables du gouvernement étaient impliqués, Hanegbi disait seulement: “Nous ne le saurons peut-être jamais”.

Sa réticence à être plus disponible peut être compréhensible. Shoshana Madmoni-Gerber, un universitaire israélien qui a écrit un livre sur les disparitions intitulé Les médias israéliens et l’encadrement du conflit interne: l’affaire des bébés yéménites, a noté que le “transfert forcé” d’enfants d’un groupe ethnique à un autre satisfait les Nations Unies. définition du “génocide”. La convention de 1951 inclut le crime de “complicité”.

“En fin de compte, je ne pense pas que ce soit important que les responsables du gouvernement aient activement planifié ce qui s’est passé ou qu’ils aient simplement détourné les yeux pendant que d’autres kidnappaient”, a-t-elle déclaré à Al Jazeera. “De toute façon, c’était un crime perpétré contre des milliers de parents qui ne connaissent toujours pas la vérité sur le sort de leurs enfants.”

Presque tous les enfants disparus étaient issus de familles juives arrivées de pays arabes peu après la création d’Israël lors de la Nakba de 1948, lorsque des centaines de milliers de Palestiniens ont été expulsés de leurs foyers.

Avant1 sur 3

About Jack

Directeur de la publication. Jacques, Jack, Ismaël. Plusieurs pseudos pour une seule personne ! Revenant à l'Islam depuis pas mal d'années, grâce à Allah, ma vie a été chamboulée non sans regret. Comédien de formation, humoriste, auteur, vadrouilleur dans le monde mais surtout à Paris. Je souhaite faire partager le quotidien d'un musulman à travers ce webmagazine, avec des articles et des vidéos.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.