Skip to content Skip to footer

Ne compliquez pas le mariage

Le mariage est une relation et un acte de culte, ce n’est pas une vente aux enchères au plus offrant ou à celui qui semble être en mesure d’offrir le style de vie le plus somptueux.

La génération actuelle de jeunes musulmans en Occident est un groupe actif et diversifié. Ils sont pour la plupart fiers, sont actifs dans des domaines tel que la dawah, le bénévolat auprès des nécessiteux, l’entreprenariat au service de la communauté, et de l’intérêt général. Ils sont fiers de leur identité musulmane et se taillent un espace unique dans le tissu de la société française, malgré les polémiques presque quotidienne. Mais il y a une plainte que j’entends souvent de la part des jeunes et moins jeunes de la communauté musulmane, quels que soient leur âge, leur sexe, leur origine ethnique ou leur statut de musulman de naissance, ou de reconverti : la majorité d’entre eux déplorent que se marier soit difficile. Le mariage est un élément central d’une société musulmane florissante et, par conséquent, son importance ne saurait être suffisamment soulignée. Le fait que la majorité des musulmans d’aujourd’hui en âge de se marier trouvent ce processus difficile, signifie que nous avons un problème au sein de nos communautés qui doit être résolu.

Le Prophète (paix et bénédictions d’Allah soient sur lui) a dit :

Le meilleur du mariage est celui qui est le plus facile.

Rapporté par Ibn Hibaan, classé comme Sahih par al-Albani dans Sahih al-Jaami ‘3300

Et dans la sourate al Noor (24:32) du Saint Coran, Allah dit :

Et épousez ceux d’entre vous qui sont célibataires (c’est-à-dire un homme qui n’a pas de femme et la femme qui n’a pas de mari) et (épousez également) les Saalihoon (pieux, dignes et capables) de vos esclaves (hommes) et servantes ( esclaves féminines).

En tant que musulmans, nous savons que pour chaque problème dans notre Oummah, Allah (subhana wa ta’ala) nous a fourni une solution. Nous vivons à une époque où il semble que nos communautés cherchent des réponses faciles en se tournant vers leurs propres traditions culturelles, leurs préjugés personnels et leurs influences sociétales pour créer un cadre de mariage incorrect. Plus nous nous éloignons des enseignements corrects de l’Islam sur quelque question que ce soit, plus nous faisons nos propres affaires.

Voici quelques obstacles courants au mariage aujourd’hui et les conseils que notre deen nous a fournis. Qu’Allah fasse de nous parmi les pieux et parmi ceux qui choisissent d’adhérer à Sa direction dans tous les domaines.

Problèmes financiers

Nous avons tous entendu au moins une histoire de jeunes musulmans trouvant un conjoint potentiellement convenable et le mariage empêché d’aller de l’avant en raison des finances. Souvent, les familles empêchent un tel mariage en raison de l’incapacité du marié à fournir un mahr important (dot) ou un mariage extravagant. Un autre facteur peut être son manque d’éducation laïque acceptable ou le fait qu’il se trouve dans une situation peu rémunérée. Bien que nous puissions rechercher un conjoint pour de nombreuses raisons, le principal facteur qui devrait guider notre sélection d’un partenaire approprié est leur religiosité et leur engagement envers l’islam. Réfléchissons au message que nous envoyons à nos enfants et à notre communauté lorsque nous demandons un mahr excessivement élevé ou une tranche de revenu particulière pour un homme.

L’Islam ne traite pas les femmes comme des marchandises et ne mesure pas la richesse d’un homme uniquement en fonction de sa situation financière. Les pères peuvent prétendre qu’ils ne veulent pas que leurs filles soient «dévalorisées» en acceptant des mahrs inférieurs à la moyenne dans leur culture respective, mais cela réduit par inadvertance les femmes à des objets avec un prix et déprécie le vrai symbolisme du mahr lui-même. Le mariage est une relation et un acte de culte, ce n’est pas une vente aux enchères au plus offrant ou à celui qui semble être en mesure d’offrir le style de vie le plus somptueux.

Nous devons nous rappeler qu’Allah est le pourvoyeur et que notre nourriture vient de Lui seul.

Le meilleur des mahrs est le plus simple (ou le plus abordable).

Rapporté par al-Haakim et al-Bayhaqi, classé comme sahih par al-Albani dans Sahih al-Jaami ‘3279

Ibn ‘Abbas a raconté que l’Imam Ali a dit :

J’ai épousé Fatimah (qu’Allah l’agrée) et j’ai dit: «Ô Messager d’Allah, laisse-moi aller de l’avant avec le mariage. Il a dit: «Donnez-lui quelque chose. J’ai dit: “Je n’ai rien.” Il a dit: “Où est votre bouclier?” J’ai dit: ‘Je l’ai avec moi.’ Il a dit: «Donnez-le-lui».
Classé comme sahih par al-Albani dans Sahih al-Nasaa’I 3160

Si un cadeau aussi simple et non monétaire était acceptable pour la fille du Prophète (paix et bénédictions d’Allah soient sur lui), alors il est extrêmement présomptueux et arrogant de penser que nos filles doivent rejeter un mariage uniquement en se basant sur le fait qu’un homme peut fournir plus d’argent ou d’or.  

Problèmes culturels

Tout comme les exigences financières, les familles ont souvent une exigence culturelle pour le futur conjoint de leurs enfants qui peut les conduire à rejeter catégoriquement tout musulman de bonne moralité sur la seule base de ce fait. Cela peut même conduire la famille à choisir quelqu’un de moins pieux plutôt qu’un musulman plus pieux en se basant uniquement sur l’origine ethnique. Il s’agit d’une pratique dangereuse qui réduit considérablement le nombre de mariages pour les jeunes musulmans et rend très difficile pour de nombreux autres membres des communautés ethniques minoritaires qu’on peut avoir en France, de se marier.

Dans la sourate al Hujarat 49:13 du Saint Coran, Allah nous dit dans l’interprétation de la signification :

Ô hommes, en effet, Nous vous avons créés à partir d’hommes et de femmes et nous avons fait de vous des peuples et des tribus pour que vous vous connaissiez. En effet, le plus noble d’entre vous aux yeux d’Allah est le plus juste d’entre vous. En effet, Allah connaît et connaît toutes choses.

Attention, je ne dis pas que la compatibilité culturelle n’est peut-être pas un facteur pris en compte dans le processus de choix d’un conjoint. Il se peut que pour des questions de compréhension mutuelle, il soit préférable que certaines personnes épousent des personnes de la même origine, ou culture. Cette préférence n’est pas intrinsèquement sectaire, ni même fausse. C’est le fait d’empêcher un fils ou une fille de se marier sur la seule base de cette seule considération qui est problématique. De nombreuses familles la poussent à un niveau si extrême qu’elles peuvent faire sentir à leurs enfants qu’ils seront coupés de la famille, ostracisés ou même déshérités en raison de leur refus de se conformer aux origines de leurs parents. Les mariages inter-ethniques sont parfaitement acceptables en Islam. Cependant, couper les liens de parenté sur la base de ces principes est islamiquement pas valable.

Statut marital

Le troisième et dernier tabou social abordé dans cet article est celui d’empêcher ou de décourager le mariage des veuves, des divorcés et des parents isolés. Souvent, les parents découragent leurs enfants d’épouser de telles personnes. Si leurs propres enfants se trouvent dans une telle situation, ils peuvent leur faire honte ou leur donner l’impression d’être désormais des «biens endommagés».

Nous devons nous rappeler que notre premier exemple de comportement et de pratique est celui du Prophète lui-même et de ses compagnons. Toutes les femmes du Prophète, sauf Aisha et Zainab, étaient veuves ou divorcées, certaines avec même des enfants. Il y a même un exemple de la «compétition» des Sahabah pour une telle femme. Quand Umm Salamah était veuve, Abu Bakr, Umar et le Prophète lui-même lui ont tous proposé. C’étaient les meilleurs des hommes et aucun d’entre eux n’avait de scrupules à l’épouser.

L’exemple le plus convaincant d’une telle union est peut-être le beau mariage du prophète et de Khadijah, mère célibataire deux fois veuve. Elle était également la seule femme avec qui il est resté monogame, la première convertie à l’islam et la femme dont il a reçu le plus de soutien dans les premières années de sa prophétie.

On peut même faire valoir que les personnes dans de telles circonstances ont plus besoin de la protection du mariage que la personne célibataire et que se hâter de les marier à des partenaires convenables est une bonne et honorable action.

Le mariage lui-même est une belle institution, surtout du point de vue islamique. Il contribue au maintien d’une communauté religieuse et garantit que les enfants sont élevés avec des exemples appropriés de l’islam dans leurs foyers. 

C’est un élément crucial pour une vie heureuse et le développement spirituel de nous-mêmes et de nos enfants. Les musulmans qui sont capables et prêts devraient chercher le mariage pour eux-mêmes et ne devraient pas avoir autant d’obstacles inutiles pour y parvenir. C’est une chose bénéfique pour la Oummah musulmane de perpétuer et de plaider pour le mariage parmi toutes les personnes célibataires de bonne moralité, et pour nous de revenir aux exemples de l’histoire islamique pour guider nos décisions dans cette affaire et toutes.

Inspiré de l’article de Nathalia Sala

Retrouvez l’entretien avec Nader Alami psycho-sexologue sur le couple et le sexe en Islam sur le site.

1 Comment

  • By Zali
    Posted 18 novembre 2020 at 22 h 30 min
    Répondre

    Salam

    Tout à fait d’accord.
    Malheureusement nous priorisons le matériel au spirituel, la dounya sur l’au-delà.
    Nous copions des attitudes qui ne sont pas compatibles avec le din ( ex: on sort ensemble avant le halal).
    Qu’Allah nous guide et facilite à tous les célibataires

Leave a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

× Comment puis-je vous aider ?