Soutenus par l’Iran, les combattants houthis du Yémen font fi de la puissance de l’Arabie Saoudite

By on 5 août 2018

Le théâtre yéménite est depuis longtemps devenu une guerre de prestige dans laquelle les deux puissances régionales, l’Arabie saoudite et l’Iran, tentent de remporter une victoire politique aux dépens des Yéménites.

Les récits de défaite n’ont pas leur place sur le site d’Almasirah, le principal média des rebelles Houthi au Yémen .

“Nos forces ont tiré des missiles sur un convoi d’envahisseurs et de mercenaires”, a indiqué un rapport. “Les missiles de nos forces ont frappé et détruit le char des mercenaires. … En un seul jour, l’armée “- les Houthis, bien sûr -” a détruit 21 véhicules blindés et quatre chars appartenant aux envahisseurs. “L’article s’est terminé avec le slogan Houthi:” Dieu est grand, mort en Amérique, la mort à Israël, une malédiction sur les juifs, la victoire à l’islam. “

Il n’y avait pratiquement aucune mention des attaques de la coalition arabe contre les Houthis ou les combattants houthis tués et blessés. Lorsqu’une station se présente fièrement comme “The Fighting Media”, son objectif est de remonter le moral, et Almasirah n’est que l’un des 25 médias gérés par les Houthis, qui ont aidé les Houthis à recruter des dizaines de milliers de combattants. Selon des estimations non officielles, il y a maintenant plus de 120 000 hommes sous les armes, contre seulement 3 000 il y a trois ans et demi, contre 3 000 à 7 000. 

La guerre civile au Yémen est pratiquement inexistante dans les médias occidentaux, malgré son prix exorbitant: plus de 10 000 personnes ont été tuées, dont la moitié des civils; quelque 50 000 enfants morts de faim ou de choléra; des millions de personnes déplacées et des centaines de milliers de personnes souffrant de malnutrition . Même l’emplacement stratégique du Yémen sur la mer Rouge et le détroit de Bab al-Mandeb, et le fait qu’il soit devenu un théâtre de compétition internationale, avec l’Amérique, l’ Arabie saoudite et les Emirats arabes unis d’un côté et l’Iran de l’autre. Je suis parvenu à le placer en tête de l’agenda diplomatique et médiatique mondial.

Lorsque l’intervention arabe au Yémen a débuté en 2015, immédiatement après le couronnement du roi saoudien Salman, la guerre devait être courte et rapide. L’Arabie saoudite, armée des meilleurs armes américaines, avec des pilotes formés en Amérique et en Amérique, fournissant elle-même d’excellents renseignements, a promis qu’elle pourrait facilement vaincre les rebelles houthis et ramener le Yémen au gouvernement dirigé par Abed Rabbo Mansour Hadi, réfugié en Arabie saoudite Saoudite.

Mais à la suite d’un autre investissement saoudien d’environ 5 milliards de dollars par mois en Arabie saoudite – qui a permis notamment d’acheter des mercenaires d’Amérique du Sud et d’Afrique – et plus de 100 000 sorties, la question qui préoccupe maintenant Riyad et ses alliés sans que cela soit perçu comme une victoire iranienne.

En raison du désastre humanitaire qu’elle a causé, la guerre a récemment réussi à pénétrer les murs de l’apathie américaine. Le Congrès a adopté une loi qui interdirait aux avions américains de ravitailler les avions de guerre saoudiens et émiriens, à moins que Riyad ne s’engage à rechercher une solution diplomatique, à réduire les dommages causés aux civils et à autoriser les livraisons de vivres et de médicaments.

Mais cette loi, qui restreint ostensiblement l’utilisation des armes américaines, permet à l’Amérique de ravitailler les avions saoudiens engagés dans d’autres missions, comme la lutte contre Al-Qaida au Yémen, mais seulement après que le Congrès ait donné des détails sur ces missions. Ainsi, même ce faible effort pour brandir une carte jaune pâle à Riyad et ses partenaires n’aidera pas la population yéménite, car il ne sera pas difficile de cacher une attaque contre des centres de population civile sous prétexte que des agents d’Al-Qaida sont se cacher parmi les civils.

Cependant, il n’y a pratiquement aucune attaque saoudienne contre les bases d’Al-Qaida dans le sud du Yémen. En effet, selon des informations en provenance du Yémen, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis utilisent actuellement des membres d’Al-Qaida pour renforcer les gangs tribaux qui combattent les Houthis grâce à des financements saoudiens.

Alors que le président Barack Obama a interdit la vente de bombes intelligentes à Riyad dans le but de limiter le carnage des civils, le président Donald Trump a annulé cette décision. Il a même encouragé l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis à continuer de se battre contre les Houthis, dans le cadre de la guerre contre l’Iran.

Mais lorsque Riyad a “invité” les États-Unis à se joindre à la bataille pour capturer l’importante ville portuaire d’Hodeidah, Trump a décliné. Il a ainsi envoyé un signal clair que la guerre au Yémen est un problème local ou peut-être régional, mais certainement pas un problème stratégique qui nécessite une implication américaine active. Cela fait écho à l’absence de politique américaine dans d’autres pays du Moyen-Orient où l’Iran a établi ou est en train de s’implanter, notamment en Syrie, en Irak, au Liban et en Afghanistan.

Au-delà de cet haussement d’épaules américain et des capacités militaires décevantes de l’Arabie saoudite et des Emirats arabes unis malgré leur investissement de dizaines de milliards de dollars en équipements militaires, le Yémen conteste la sagesse conventionnelle selon laquelle il y en a une contre l’expansion iranienne.

Il ne fait aucun doute que l’ Iran est en train d’armer les Houthis avec des armes relativement sophistiquées, y compris des missiles qui ont frappé l’Arabie Saoudite, des navires dans la mer Rouge et même l’aéroport d’Abu Dhabi. L’Iran cherche également apparemment à créer au Yémen un bras militaire semblable à celui du Hezbollah au Liban, et un nombre indéterminé de soldats du Hezbollah se battent aux côtés des Houthis, les entraînant dans des méthodes de combat et transportant des armes.

À la fin du mois de juin, le dirigeant du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a même déclaré qu’il souhaitait être un soldat de l’armée houthie pour combattre les ennemis du Yémen sur le front ouest du pays. En réponse, le ministre des Affaires étrangères du Yémen a envoyé une lettre clairement rédigée à son homologue libanais critiquant l’ingérence du Hezbollah dans les affaires du Yémen.

La réponse du Liban dit simplement qu’elle n’est pas toujours d’accord avec les politiques de toutes les factions politiques du pays. Mais même s’il voulait faire quelque chose, le gouvernement intérimaire du Liban n’a évidemment pas le pouvoir de forcer le Hezbollah à quitter le Yémen.

Néanmoins, l’alliance militaire des Houthis avec l’Iran n’est pas nécessairement idéologique ou même stratégique. L’affirmation que c’est une fraternité chiite ignore le fait que les Houthis appartiennent à la secte Zaidi, qui est loin de l’orthodoxie chiite iranienne. Les principes de la religion zaidi ressemblent beaucoup à ceux de l’islam sunnite et les chiites au Yémen et ailleurs considèrent souvent les Zaïdis comme une secte déviante.

Les chiites constituent environ 35% de la population du Yémen et les Houthis sont le groupe Zaidi le plus important et le plus important. Mais même la minorité Zaidi n’est pas coupée du même tissu.

Un exemple en est l’amère rivalité entre deux confédérations tribales, les Hashid et les Bakil. Les deux revendiquent la descendance du même patriarche et tous deux ont adopté la foi Zaidi, mais ils sont allés dans des directions politiques différentes. Alors que le Hachid – dont l’un des membres est Ali Abdullah Saleh, l’ancien président yéménite évincé par la révolution du Printemps arabe et tué par les Houthis en décembre dernier – a soutenu le gouvernement, les Bakil ont rejoint les Houthis pour lutter contre le gouvernement.

Ainsi, le point de vue selon lequel la connexion houthi-iranienne repose sur la solidarité chiite ne peut pas expliquer la rivalité entre ces tribus zaidi, qui se battent de part et d’autre de la guerre civile au Yémen.

De plus, les Houthis eux-mêmes, malgré l’aide qu’ils reçoivent de l’Iran, n’ont aucun désir de créer une république de style iranien au Yémen, avec un leader politique suprême qui est aussi le chef religieux suprême. Le Yémen est un pays tribal amèrement divisé. Ainsi, pour établir un gouvernement stable, il faut créer des coalitions tribales et religieuses qui unissent les tribus du sud avec les tribus du nord et les sunnites avec les chiites, et répartir les budgets et les emplois gouvernementaux non seulement sur la base des résultats la base du pouvoir tribal.

Parce que le tribalisme est la force dominante qui dicte les résultats politiques au Yémen – contrairement aux systèmes politiques et religieux très différents en Irak et au Liban -, l’Iran peut espérer maintenir ses liens avec les Houthis. Et ces liens dépendront de l’aide que l’Iran leur donnera, ce que les Houthis pourraient aussi obtenir des États arabes ou des États-Unis.

Il convient également de noter que les Houthis ont pris les armes à l’origine pour lutter contre leur traitement discriminatoire par le gouvernement central; plus d’une décennie s’est écoulée avant que l’Iran décide de l’aider. De plus, l’Iran leur a conseillé d’éviter une guerre totale, et maintenant, il s’efforce de mettre fin à la guerre.

Mais le théâtre yéménite est depuis longtemps devenu une guerre de prestige dans laquelle les deux puissances régionales, l’Arabie saoudite et l’Iran, tentent de remporter une victoire politique aux dépens des Yéménites. Les efforts déployés par l’ONU, l’Union européenne et certains pays arabes, y compris le Koweït et Oman, pour résoudre la crise ont échoué à plusieurs reprises, écrasant les conditions imposées par Riyad et Abu Dhabi. Ils ont adopté le gouvernement Hadi même si ni lui ni son gouvernement ne fonctionnent réellement. L’expression même «le gouvernement reconnu» n’a pas de sens et les victoires partielles de la coalition arabe n’ont pas entraîné de changement majeur dans les rapports de force.

L’administration américaine pourrait jouer un rôle décisif pour mettre fin à la guerre si elle exerçait des pressions sur l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis dans le cadre de négociations sérieuses avec les Houthis. Mais lorsque Washington évalue les chances de distancer l’Iran de la mer Rouge contre la poursuite du massacre sans victoire et la pression sur un allié contre la crainte d’être considéré comme un soutien aux loyalistes iraniens, il semble peu probable qu’il lève le petit doigt.

Source Haaretz

About Jack

Directeur de la publication. Jacques, Jack, Ismaël. Plusieurs pseudos pour une seule personne ! Revenant à l'Islam depuis pas mal d'années, grâce à Allah, ma vie a été chamboulée non sans regret. Comédien de formation, humoriste, auteur, vadrouilleur dans le monde mais surtout à Paris. Je souhaite faire partager le quotidien d'un musulman à travers ce webmagazine, avec des articles et des vidéos.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.