Un village bohémien salafi bosniaque est devenu la marque de la terreur

By on 6 juin 2017

Les villageois d’Osve, près de Maglaj, faisant l’objet d’un examen constant des liens terroristes allégués, affirment qu’ils ne sont pas radicaux et veulent seulement vivre “une vie islamique”.

Le village d’Osve, à dix kilomètres à l’ouest de la ville bosnienne centrale de Maglaj, ne ressemble pas à un endroit menaçant.

Il est très petit, pas plus de 20 maisons debout, avec autant en ruines, dispersées le long d’une route sinueuse de boue.

Outre quelques maisons appartenant à des rapatriés serbes, le reste appartient à des familles musulmanes, ce qui représente un équilibre régulier dans un village bosniaque dans cette partie du pays.

Cependant, les agences de sécurité locales et internationales ont marqué Osve comme une menace.

C’est parce que les membres du mouvement musulman Salafi de ligne dure ont acheté plusieurs maisons et créé une communauté fermée. Certains ont également été en lutte en Syrie et en Irak ces dernières années.

Une maison dans le village appartient à Amir Kavazovic, 42 ans, né à 20 kilomètres dans le village de Gornji Pridjel, près de Doboj.

En jouissant de la longue barbe et des pantalons courts de Salafi, il vit dans la petite maison avec sa femme, ses enfants et une autre famille.

“Je suis venu parce que la terre est bon marché. J’ai obtenu des fonds “, a déclaré Kavazovic.

Kavazovic fronce les sourcils et soulève sa voix quand on lui demande s’il a déjà eu de l’argent pour choisir de vivre comme Salafi.

“Est-ce que les gens qui disent des choses comme celles-ci viennent regarder ce qu’il y a dans mon réfrigérateur ? Non… Peut-être parce que mon réfrigérateur est vide et je n’ai pas de nourriture “, dit-il avec mystère.

Kavazovic dit que les combats en Syrie ou en Irak ne lui intéressent pas, et il refuse de parler de certains autres du village qui sont partis se battre au Moyen-Orient.

“Les autorités savent. Ce sont eux qui les laissent aller dans les aéroports et leur donner des passeports “, dit-il.

“Je ne suis pas celui qui organise leurs voyages. Je ne prévois pas y aller et cela ne me concerne pas “, ajoute Kavazovic.

Combattant au Moyen-Orient

Emrah Fojnica a vécu à Osve avant de se battre en Irak où il a été tué à la mi-2014.

Les autorités bosniennes l’ont accusé avec Mevlid Jasarevic de l’attentat terroriste contre l’ambassade des États-Unis à Sarajevo en 2011, mais il a été acquitté.

Certains de ses proches vivent toujours dans le village mais ils refusent de parler aux journalistes.

L’Agence nationale d’enquête et de protection de la Bosnie, SIPA, a confirmé à BIRN qu’ils suivaient plusieurs villageois à Osve.

Le village est “un intérêt de sécurité à l’égard de l’extrémisme violent et du radicalisme, qui peut conduire à des actes terroristes”, a déclaré un membre.

Kavazovic et d’autres villageois disent que la police visite quotidiennement le village et qu’ils voient souvent les véhicules SIPA se cacher.

L’un des voisins immédiats de Kavazovic n’a pas de barbe. Blagoja Vidovic fait partie d’une poignée de Serbes, d’une communauté d’avant-guerre beaucoup plus grande de 140 ans, qui sont revenus après la guerre de 1992-5 en Bosnie.

Vidovic est déçu que tant de Serbes ont vendu leurs maisons à des Salafis. Ses anciens voisins vivent maintenant à Doboj, Brod et Teslic, toutes les villes de l’entité majoritaire serbe de Bosnie, la Republika Srpska.

“Ils aiment marcher sur les trottoirs [c’est-à-dire vivre dans les villes] et ils ne veulent pas travailler la terre”, regrette Vidovic.

Cependant, Vidovic ne se plaint pas des musulmans dévots qui ont décidé de déménager à Osve.

“Ils me souhaitent la bienvenue. Lorsque les inondations ont frappé la région de Maglaj, elles m’ont apporté de la nourriture. Quand c’est [la fête musulmane de] Eid, ils m’apportent de la viande des animaux abattus “, observe Vidovic.

Pendant plusieurs heures passées dans les ruelles d’Osve, on pouvait voir seulement des hommes aux longues barbes et aux pantalons courts. Plusieurs portent des vestes ou des pantalons militaires.

Peu de femmes peuvent être vues à l’extérieur. Ceux qui passent avec leurs enfants se dépêchent, de peur d’être vues des étrangers. Ils sont entièrement couverts, leurs visages cachés sous un foulard.

Un groupe des Salafis se rassemble devant la salle de prière locale vendredi à midi.

Maison servant de mosquée

La prière se déroule dans une maison avec des haut-parleurs sur le toit. Ce n’est pas une mosquée ou un lieu de culte reconnu officiellement par la communauté islamique de Bosnie.

Les hommes entrent dans l’entrée principale du bâtiment pour le service, tandis que les femmes entrent par le côté.

Je veux juste vivre une vie de prière 

La prière est dirigée par Selvedin Dzanic, âgé de 28 ans, né à Oruc, un village bosniaque à côté d’Osve.

“Je ne suis pas allé à la madrassa pour devenir un Imam, j’ai appris des livres sacrés”, dit Dzanic en expliquant son manque de qualifications formelles.

Il vit encore à Oruc mais envisage de déménager prochainement à Osve, dès que le travail sur sa maison est terminé. Dzanic vit de l’agriculture et travaille parfois comme plombier.

Interrogé sur l’image de Salafis comme une menace potentielle pour la Bosnie, il dit que c’est une bêtise.

“Nous voulons seulement vivre une vie islamique, sans conflit avec personne”, dit-il. “Nous voulons vraiment pratiquer l’islam, vivre l’islam, vivre une vie de prière”.

Les responsables islamiques ne sont pas d’accord. En janvier, la Communauté islamique en Bosnie-Herzégovine a publié une déclaration disant qu’en deux mois, tous les lieux de culte musulman qui ne sont pas reconnus par l’organisation devront fermer.

Dzanic espère que cela ne viendra pas : “Je pense que nous allons résoudre ce problème par le dialogue et nous n’aurons aucun problème”, dit-il.

Il ne veut pas parler à une caméra, ni aucun des autres membres de la communauté.

Après avoir terminé leurs prières du vendredi, plusieurs reprennent les cameramen, exigeant de ne pas être filmés, enregistrés ou cités.

“Chaque fois que les journalistes viennent, ils nous présentent comme des animaux ou des sauvages, puis nous voyons plus de raids de police dans le village”, dit l’un d’eux en colère, refusant de donner son nom.

Après une courte discussion, ils demandent aux journalistes de partir, si leur travail est terminé. “Cet endroit est notre seul endroit”, conclut l’un d’entre eux.

Source Balkaninsight

About Jack

Directeur de la publication. Jacques, Jack, Ismaël. Plusieurs pseudos pour une seule personne ! Revenant à l'Islam depuis pas mal d'années, grâce à Allah, ma vie a été chamboulée non sans regret. Comédien de formation, humoriste, auteur, vadrouilleur dans le monde mais surtout à Paris. Je souhaite faire partager le quotidien d'un musulman à travers ce webmagazine, avec des articles et des vidéos.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.