Vadrouille en Palestine la Jordan Valley

By on 18 mai 2017

Jack est allée en Palestine et il en fait un spectacle, voici la partie en vidéo concernant la Jordan Valley, qui est la Vallée du Jourdain. Et pour la compléter, voici un extrait écrit :

Je continue mon périple et j’atterris dans la vallée du Jourdain. C’est la zone C sous contrôle israélienne, c’est d’ailleurs la plus grande zone s’étendant sur tout le flan est de la Palestine. Cadeau fait par Yasser Arafat lors des accords d’Oslo pour avoir un semblant de paix. Ce qui ne l’a pas empêché apparemment d’être empoisonné des années plus tard… Attention la zone C est peut-être  cadeau, mais ça reste néanmoins aux Palestiniens et les plantations de fruits et légumes exploitées sur ces terres par les Israéliens sont faites sur des terres volés. Et le recel se fait essentiellement en Europe dans nos centres commerciaux. Surtout les dattes pendant ramadan.

On est accueilli dans la vallée du Jourdain par une française. Et là, on est en train de se poser une question avec mon pote photographe, on se regarde et on rigole de la même connerie, le genre de truc stupide de mec. On se demande si c’est une lesbienne. Elle avait tout d’une lesbienne, cheveux court, épaule carré bermuda chemise en jean, elle est arrivé avec un gros pick-up, enfin gros pick-up, ce n’est pas le modèle américain, et ils se le partagent à plusieurs, on est en Palestine. D’un côté, vaut mieux avoir des bonnes aptitudes physiques pour vivre dans cet environnement hostile. On retrouve des militants anglais vu lors d’une ancienne manifestation, et de suite ils m’interpellent avec mon surnom « hey the dancer ». Je suis connu au fin de la vallée du Jourdain avec ce surnom, il y en a qui envoie des rockets, d’autres font des signes peace, moi je danse, à chacun sa façon de résister.

Notre guide nous dit que La Jordan Valley, la vallée du Jourdain, c’est le terrain d’entraînement de l’armée, c’est la où les soldats jouent à Call of Duty. Elle nous déconseille par ailleurs de faire une randonnée avec un keffieh. Là, il te tue et ont le max de point. Ils jouent en réseau, et en vrai !

Et forcément, si je meurs là-bas, on dira que c’est de ma faute. C’est ce que diront les médias français, ma mère les croira comme tout le monde, ah, je ne serai pas la Florence Cassez du Proche-Orient. J’aurais beau essayer de me justifier dans mon cercueil dépouillé de mes organes mais elle ne voudra rien entendre. Va expliquer à mère qu’il faut me faire un enterrement musulman, double peine et je passerai pour un traître aux yeux de la famille de mon père de ne pas reposer dans le caveau familial

Néanmoins, je plains les soldats, s’entraîner toute la journée sous cette chaleur, pendant 3 ans pour ceux qui font le service militaire, avec leur tenue et à 20 ans. En plus y en a quand on les voit, ils ne font pas la tête de leur job, ils font plus penser à Gregory Lemarchal qu’à Stallone. Et il fait bien plus chaud dans la vallée du Jourdain que dans le reste de la Palestine, y a des pointes jusqu’à 50 degrés ! Un des endroits sur terre ou il fait 50 degrés où beaucoup d’occidentaux vont en vacances ou en transit, c’est dans les Emirats. Mais le seul entraînement que font les autochtones du Golfe, c’est d’aller de leurs maisons climatisées à leurs voitures américaines climatisées en buvant des boissons américaines et ne se privant pas des délices halal misent à leurs dispositions. Ils rivalisent avec leurs alliés du nouveau-monde dans leur taux d’obésité. Si les Palestiniens comptent sur leur frères arabes pour trouver une issue favorable à ce conflit, ce n’est pas gagné, ils devront s’élargir vers d’autres musulmans…

Par moment, j’étais un peu mal dans la Jordan Valley, non en fait, j’étais tout le temps mal, ça ne fait même pas une journée que je suis ici et je souffre terriblement. Comme si ça ne suffisait pas de galérer avec ces conditions climatiques je me retrouve en transit au milieu de tous ces bovidés qui font du bruit que je n’avais jamais entendu, même dans un zoo, c’est tout nouveau pour moi qui ai vécu dans une villa sur la Côte d’azur durant mon enfance, où des choses simple de la vie comme un robinet d’eau, ben ici, je n’ai même pas trouvé de douche !

Et encore pour l’eau, encore faut-il qu’il y ait de l’eau, c’est Israël qui ouvre les vannes, des fois, souvent même, ils ont envie d’embêter, ils attendant qu’il y n’ait plus rien chez les Palestiniens, que tout le monde pique sa crise prêt à se déclencher une intifada entre eux. Faut dire qui a de quoi l’avoir mauvaise quand t’as du shampoing dans les yeux et qu’il n’y a plus d’eau. Et là, comme par magie, ils ouvrent les vannes et on a de l’eau qu’ils leur vendent sept fois plus chère, oui sept fois plus chère comparés à leurs habitants élus, qui eux se baigne tranquille dans leur piscine privative de leur colonie, avec le gazon bien taillé, y a de l’eau même pour les animaux domestiques. Et je sais de quoi je parle, car durant mon séjour on n’a plus eu d’eau dans la guest-house du camp de Bethléem. J’ai dû aller dans un hôtel Mövenpick pour déféquer. Apparemment il y  a plus de réserve d’eau dans un quatre étoiles que dans un camp de réfugiés…

On continue la balade dans la vallée du Jourdain et je commence à m’en vouloir, j’avoue que ce n’est pas très malin d’avoir eu ce genre de pensée, surtout en Terre Sainte. Est-ce l’esprit de Sodome et Gomorrhe dont les décombres sont censés se situer non loin qui m’a envahi ? En fait, je commence  à douter de la supposé lesbiennité de la guide, je la soupçonne même d’être amoureuse d’un Palestinien dont je suis témoin de leur complicité. Mais pas le temps pour les ragots et de réfléchir à tout ça car après elle nous amène voir les Bédouins. C’est un peu les roms de la Palestine sauf qu’ils ne font pas la manche, d’ailleurs personne fait la manche là bas, je n’ai pas vu un Palestinien faire la manche, ça fait du bien de ne pas se faire gratter en vacances. Toujours digne les Palestiniens.

Les Bédouins sont lucides, bien loin de leur prétendu statut social qu’on veut leur accorder. Ils nous interpellent voyant bien qu’on ressemble anthropologiquement à ses nouveaux voisins et je ne sais quoi lui répondre, il m’a fallu le lendemain pour percuter. Son interpellation de rage et d’incompréhension est qu’on essaye de les chasser, au fusil le plus souvent et ils ne comprennent pas. Ils sont là depuis des générations, faisant des kilomètres pour aller au puits chercher le peu d’eau à laquelle ils ont droit, au risque de ne pas revenir. Et tu as des russes et polonais qui arrivent du froid sibérien, bien rouge, avec des coups de soleil, les gars, ils transpirent bien la vodka avec l’auréole sous les aisselles, et ils disent que c’est chez eux. Mais bien sûr, un enfant verrait de suite que ces blancs ne vont pas avec le paysage. Même moi bronzé me rapprochant d’un Arabe avec mon teint mat et mes cheveux frisés, les bédouins ont capté que je n’étais pas un oriental. Alors comment diantre mes « semblables » d’occident peuvent-ils revendiquer cette Terre escarmouché ?

Et il y en a qui se sont carrément découvert juif quand Israël a fait la promo de leur pays.

  Un soir à Varsovie un groupe d’amis comme d’en plein de ville.

  • « Salut Cibor, salut Jacek, j’ai un truc à vous dire, je vais vous quitter, je pars vivre en Israël avec ma famille.
  • Ah bon t’es juif toi ?
  • Oui oui je suis juif, même moi je savais pas on a trouvé un ancêtre un arrière arrière grand-père qui était juif
  • Ouai c’est ça et le baptême les cours de catéchisme, la commun…
  • Oui je sais j’ai été baptisé à l’église, j’y peux rien c’est pas moi qui ai demandé à être baptisé les gars.
  • Tiens mange un coup au lieu de dire des conneries
  • Non merci c’est fini les boreks pour moi, maintenant c’est les fallafels et homos, c’est le plat de chez nous…
  • Tu bois un coup quand même ?
  • Oui oui la vodka c’est bon pas de problème aller encore un verre, encore un verre, avant d’aller en Israël va falloir que j’y passe en bas… ils vont le faire à l’ancienne à la pierre. Shalom mes amis. »
  • Salut on passera te voir pendant les vacances, chabbat shalom mon pote !

About Jack

Directeur de la publication. Jacques, Jack, Ismaël. Plusieurs pseudos pour une seule personne ! Revenant à l'Islam depuis pas mal d'années, grâce à Allah, ma vie a été chamboulée non sans regret. Comédien de formation, humoriste, auteur, vadrouilleur dans le monde mais surtout à Paris. Je souhaite faire partager le quotidien d'un musulman à travers ce webmagazine, avec des articles et des vidéos.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.